Gérard Collomb juste après sa réélection comme maire de Lyon, le 5 novembre 2018 © Tim Douet
Entré au conseil municipal en 1977, Gérard Collomb remporte la première élection où il se présente personnellement le 15 juin 1981, il y a 38 ans jour pour jour.
Si l'annonce de la piétonnisation de la Presqu'île de Lyon a satisfait les associations écologistes lyonnaises, ces dernières s'inquiètent d'une utilisation de leur combat pour entretenir le conflit politique entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. 
En un mois, le maire de Lyon est passé de 52% de bonne opinion à son égard à 40%. Il semble prendre de plein fouet les effets de l’ouverture d'une enquête préliminaire sur un possible “détournement de fonds publics” au profit de son ex-compagne. 
Jean-Paul Bret (PS)
Le maire sortant a annoncé lors d’une conférence de presse mardi 11 juin qu’il ne briguerait pas un quatrième mandat consécutif à la mairie de Villeurbanne, ni à la métropole.
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
Le président de la métropole de Lyon a souhaité afficher ses “différences” avec Gérard Collomb ce lundi dans un entretien accordé au journal Le Point. 
Elliott Aubin (France Insoumise), le 23 mars 2019 à Lyon © Maxime Jegat / PhotoPQR-MaxPPP
Entretien – Aux municipales de 2014 à Lyon, ils étaient apparus en binôme sur la scène politique. Elliott Aubin et Andréa Kotarac étaient les visages de la France Insoumise, des camarades et des amis. Passé la sidération, l’élu du 1er arrondissement cède à une colère d’abord politique. Il revient sur une “trahison qui laissera des traces” et tente de casser toute sensation de porosité entre le positionnement des Insoumis et celui du nouveau parti de son ancien camarade.
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.
Depuis la révélation de l’affaire Collomb, le maire de Lyon et ses soutiens dénoncent une manipulation politique. Ils s’appuient notamment sur des déclarations maladroites de l’entourage de David Kimelfeld et ciblent aussi l’attitude devenue hostile d’En Marche. Cette affaire trouve pourtant son origine dans un signalement au procureur de la République effectué par Gérard Collomb lui-même.
L’amendement qui prévoyait de rendre obligatoires les casques pour les utilisateurs de trottinettes et vélos électriques a été rejeté ce vendredi à l’Assemblée nationale. 
Le communiqué de soutien à Gérard Collomb envoyé ce jeudi soir à la presse en dit autant sur les soutiens qu'il reste au maire de Lyon que sur ceux qui l'ont quitté. Un an après le lancement de son association “Prendre un temps d’avance”, l'ancien ministre de l'Interieur a perdu 50% de ses fidèles. 

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7 8 9 772 773 774