Michel Rantonnet, le maire de Francheville, sur le plateau de 6 minute chrono en octobre 2021.

Accusé d’islamophobie, le maire de Francheville fait la sourde oreille

Samedi 21 octobre, Michel Rantonnet, maire de Francheville, aurait refusé de prendre une photo avec une étudiante voilée lors de sa remise de diplôme. L’opposition s’indigne, la mairie de Francheville, elle, préfère ne pas commenter.

Les faits se seraient déroulés samedi 21 octobre lors d’une cérémonie organisée en l’honneur de jeunes bacheliers de Francheville ayant obtenu une mention bien ou très bien au baccalauréat. Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, une jeune femme accuse le maire, Michel Rantonnet (LR), de l’avoir sciemment ignoré et d'avoir refusé de prendre une photo avec elle. 

"Il m’est arrivé quelque chose de complètement scandaleux, et qui montre bien, qu’en France, l’islamophobie est devenue un droit", commence la jeune femme dans sa vidéo publiée sur son compte Tik-Tok. Elle explique ensuite que sa famille serait allée voir le maire pour obtenir une explication, ce à quoi Michel Rantonnet aurait répondu "je ne vous parle pas et ne me ferai pas prendre en photo avec vous."

La bachelière témoigne de son "humiliation" après l'incident et rajoute, "je suis une élève de 18 ans, vous aviez n’importe quel autre moment, n’importe quelle autre situation pour pouvoir montrer votre mépris envers l’Islam, vous avez décidé de le faire lors d’une cérémonie qui est censée nous féliciter", conclu-t-elle dans sa vidéo. Contacté, le maire de Francheville n’a souhaité faire aucun commentaire sur ce sujet.

Lire aussi : Présidentielle 2022 : le maire de Francheville a parrainé Zemmour, il explique pourquoi

L’opposition s’indigne 

L’opposition n’a pas tardé à réagir à cette polémique."Une telle attitude est non seulement condamnable pénalement, mais elle attise en plus les tensions entre communautés dans un contexte sensible à l’échelle mondiale comme à l’échelle nationale",déplore l'élue d'opposition et vice-présidente écologiste de la Métropole de Lyon, Hélène Dromain. Dans un communiqué, le groupe d'opposition Francheville Respire demande "des excuses publiques après de la jeune fille et de sa famille". Appelant également les conseillers municipaux à "se désolidariser" et à "pousser à la démission" Michel Rantonnet, qui ne serait "pas digne de porter l’intérêt général et de garantir la paix sociale".

De son côté, la jeune bachelière envisagerait de porter plainte, selon nos confrères de BFM Lyon

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut