Nuits de Fourvière 2012 © Julien Rambaud
La Nuit Québec vient clôturer ce samedi soir l'édition 2018 du festival Les Nuits de Fourvière au théâtre antique. Une édition qui a attiré pour la deuxième année consécutive 150 000 spectateurs.
Dominique Delorme lors de la présentation des Nuits de Fourvière 2016 © Tim Douet
“La complexité de notre modèle ne peut pas se résumer”, estime Dominique Delorme, architecte des Nuits de Fourvière depuis 2003. Il a fait de ce festival un objet unique, et jalousé, où les grands artistes financent des créations dans des secteurs délaissés par le grand public. Aux doutes de certains acteurs culturels sur la réalité d’un modèle qu’ils voient surtout carburer aux subventions, le directeur général des Nuits oppose une économie générale équilibrée, mais refuse de rendre publics les cachets versés aux artistes.
Hubert Mounier et Benjamin Biolay © Gaëlle Mounier
Benjamin Biolay a rendu un vibrant hommage à son ami Hubert Mounier ce jeudi soir au théâtre antique de Fourvière. Sur scène, il a été rejoint par Pascal Obispo, l'artiste lyonnais Kent et de nombreux proches du fondateur de L'Affaire Louis' Trio pour revisiter l'album Mobilis in Mobile devant un public conquis. Musicien, dessinateur et auteur […]
Rock en Seine 2017 © Zakaria Abdelkafi / AFP
Le programmateur de la halle Tony-Garnier, Thierry Teodori, qui tirera sa révérence dans les prochaines semaines, porte un regard critique sur l’évolution des festivals. Pour ceux gourmands en subventions publiques comme les Nuits de Fourvière, il évoque une concurrence déloyale et parle d’argent public dévoyé.
Nuits de Fourvière 2012 © Julien Rambaud
Dans une économie de la culture en pleine mutation, voire en crise, le débat sur l’utilisation de l’argent public pour financer des spectacles populaires ressurgit. Les Nuits de Fourvière, fils prodigue pour les uns, enfant gâté de la culture lyonnaise pour les autres, en sont l’illustration. Comme d’un critère de plus en plus prégnant : la garantie de rayonnement.
Hubert Mounier et Benjamin Biolay © Gaëlle Mounier
Deux ans après le décès de son ami et mentor, Benjamin Biolay rend un hommage de gone à gone à Hubert Mounier, en reprenant sur la scène de Fourvière le chef-d’œuvre de L’Affaire Louis’ Trio : Mobilis in Mobile.
Ce mercredi à Fourvière, Belle & Sebastian, un groupe Écossais qui ne s’est jamais produit dans la région.
C’est l’un des événements des Nuits de Fourvière 2018 et, foot ou pas foot, le concert des Arctic Monkeys est maintenu au théâtre antique à l’heure prévue ce mardi 10 juillet. A priori, il est complet.
Seu Jorge © DR
Budget restreint, une soirée en moins : les Jeudis des musiques du monde maintiennent pourtant le cap… vers les quatre coins du globe ! Et les Nuits de Fourvière ne sont pas en reste.
Ce lundi se déroulait la présentation l'Opéra Don Giovanni à l'Opéra de Lyon, dans le cadre de l'événement "l'Opéra sous les étoiles". L'oeuvre sera retransmise le samedi 7 juillet dans 14 communes de la Région.

Posts navigation

1 2 3 4 15 16 17