De nombreux soutiens et migrants étaient présents à l'audience © Simon Alves
De nombreux soutiens et migrants étaient présents à l’audience © Simon Alves

Amphi Z : l'avenir du squat villeurbannais décidé le 10 mai

Le Tribunal d'Instance de Villeurbanne a mis en délibéré au 10 mai la décision concernant l'expulsion des migrants du 12, rue Baudin. Le collectif de l'Amphi Z espère de son côté gagner du temps jusqu'à la prochaine rentrée.

Comme une forme de soulagement. Hier après-midi, c'est une salle d'audience du Tribunal d'Instance de Villeurbanne bondée mais relativement silencieuse qui a attendu une heure durant la décision concernant l'expulsion des 200 à 300 migrants de l'Amphi Z. Celle-ci n'interviendra finalement pas avant un mois, le 10 mai prochain. Un court répit accueilli devant le tribunal au son des tambours africains, et qui devrait permettre aux occupants de l'ancienne caserne de pompiers de Villeurbanne de se préparer à toutes les éventualités. "Légalement parlant la juge aurait très bien pu rendre sa décision ce soir, précise Pierre, membre du collectif de l'Amphi Z. Cela veut dire qu'elle prend en considération est complexe et qu'elle se donne le temps de l'examiner, ce qui est une forme de respect."

"Pas de trouble à l'ordre public" selon la défense

L'audience avait démarré peu après 14h, avec la plaidoirie de l'avocat de la Métropole, qui a avancé les retards pris dans le calendrier des travaux du 12, rue Baudin. Pour rappel, le bâtiment, qui appartient à la Métropole, devait être détruit à compter du 1er avril afin de préparer le terrain pour la construction du futur collège Cusset/Bonnevay, prévu pour la rentrée 2022. De leur côté, les avocates de la défense Geneviève Seguin-Jourdan et Florence Alligier ont insisté sur le fait que l'urgence n'était pas de mise dans ce dossier. "Cela fait des mois que la Métropole nous dit que le Plan Local d'Urbanisme et d'Habitat (P.L.U.H) doit être entériné de façon imminente mais ce n'est toujours pas le cas", s'est étonnée Maître Seguin-Jourdan. La défense s'est aussi chargée de démontrer, à travers les attestations jointes au dossier, qu'il n'y avait "pas eu de trouble à l'ordre public" au sein de l'Amphi Z où "il y a une très bonne organisation malgré le nombre et la précarité."

Un délai demandé jusqu'au 1er septembre

La Métropole a, par la voix de son avocat, mis l'accent sur les voies de fait ayant mené en décembre 2017 à l'occupation du bâtiment. Les débats se sont ensuite poursuivis autour de l'interprétation d'une décision de la cour de Cassation concernant le caractère disproportionné ou non d'une expulsion au regard du droit de propriété avant que la décision ne soit mise en délibéré. La défense espère obtenir un délai jusqu'au 1er septembre pour permettre aux mineurs de terminer leur scolarité d'une part, et aussi affronter la chaleur estivale.

à lire également
Gare SNCF TER Lyon TGV
Peu de trains circuleront demain et lundi en région Auvergne-Rhône-Alpes, en raison d'une grève nationale contre la réforme des retraites. La SNCF recommande de limiter les déplacements.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut