@ Pexels

La Ville de Lyon assure avoir déployé "17 caméras" sur les 30 demandées par l’État

Au coeur d’un vif débat sur la sécurité entre l’État, via la préfecture du Rhône, et la Ville de Lyon, l’installation de caméras de vidéo-protection supplémentaires à Lyon avance. Lors du conseil municipal, l’adjoint à la sécurité a assuré avoir répondu favorablement au déploiement de 17 caméras sur les 30 demandées, en redéployant certains équipements.

"Nous avons beaucoup demandé, longtemps demandé, à la Ville de Lyon de faire un véritable effort, un engagement [sur la sécurité, NdlR], pas en paroles, mais en actes. Nous ne l'avons pas eu", déplorait la semaine dernière le préfet délégué à la sécurité Ivan Bouchier, alors que les membres de l’hôtellerie Restauration montaient au créneau pour dénoncer une hausse de l’insécurité à Lyon. 

La préfecture du Rhône en avait alors profité pour rappeler à la mairie de Lyon avec insistance de manière publique, chose assez rare pour l’institution, sa demande d’une trentaine de caméras supplémentaires. Une requête devenue un véritable sujet de crispations au fil des mois entre l’État et la Ville de Lyon qui comptait jusqu’à présent 571 caméras de vidéo-protection, plus 12 caméras mobiles. 


"Tourner le dos à la vidéo protection c’est assumer de ne pas faire de la sécurité des Lyonnais une priorité. Vous ne donnez pas à la police les moyens d’agir", Charles-Franck Levy, élu d'opposition du groupe Pour Lyon


Ce mardi 20 septembre, à l’occasion du conseil municipal de la rentrée, le sujet s’est une nouvelle fois invité dans le débat, au détour du remplacement d’un membre du collège d’éthique de la vidéo-protection. Alors que l’élu d’opposition du groupe Pour Lyon Charles-Franck Levy accusait la Ville de ne pas "donner à la police les moyens d’agir", en  "tournant le dos à la vidéo protection", et appelait le maire à mettre "fin à [son] orgueil mal placé" et à "saisir la main de l’État", l’adjoint à la sécurité a fait une annonce attendue de longue date par la préfecture. 

Lire aussi : Le Préfet somme le maire de Lyon d'en faire plus en matière de sécurité, et plus vite

13 caméras en attente pour couvrir les manifestations

"Effectivement, nous avons eu une demande de 30 caméras supplémentaires de la part des services de la police nationale et nous avons répondu à une majorité d’entre elles. Nous avons déployé 17 caméras", a assuré Mohamed Chihi. Actant ainsi une avancée de la Ville de Lyon sur ce sujet après le bras de fer estival sur cette question entre Grégory Doucet et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. 

Lire sur ce sujet : 


"À aucun moment nous avons tourné le dos à la vidéo surveillance, à aucun moment nous avons fais en sorte de ne pas faire appel à cet outil", Mohamed Chihi, adjoint à la sécurité


Au sujet des 13 caméras qui doivent encore être déployées pour répondre aux demandes des services de l’État, qui ont identifié un certain nombre de secteurs "en retard", l’adjoint à la sécurité précise que des travaux doivent encore être menés avec la préfecture. "Nous n’avons pas déployé les caméras liées aux manifestations, car nous avons besoin de travailler avec la préfecture sur le trajet de ces manifestations pour qu’elles empruntent des lieux vidés surveillés", précise Mohamed Chihi, évoquant "un petit débat" entre la Ville et la préfecture du Rhône. "On avait une demande sur des problématiques liées à de manifestations et à de la délinquance. Nous avons priorisé tout ce qui était au niveau délinquance", confie l'élu.

Pas de nouvelles caméras, mais un redéploiement

Dans l'opposition, on relève toutefois le fait qu'il ne s'agit pas là d'une réelle avancée puisque c'est un redéploiement de caméras et non l'acquisition de nouveaux équipements. Ce que nous a confirmé Mohamed Chihi, "une partie des caméras mobiles ont été récupérées dans des secteurs où les problématiques ont été réglées et pour le redéploiement des caméras fixes on a fait un benchmark sur un an et récupéré celles qui n’avaient jamais été regardées". "On déshabille Pierre pour habiller Paul", peste-t-on du côté de l'opposition.


"Nous avons bougé des caméras sans augmenter le parc total, qui reste de 571 plus 12 caméras mobiles", Mohamed Chihi, adjoint à la sécurité


Le cas de la barre Sakharov à la Duchère illustre bien ce ballet des caméras municipales. Trois des quatre caméras mobiles du secteur ont été redéployées ailleurs, car remplacées par des caméras fixes et pérennes. Même chose grande rue de la Guillotière où la caméra qui avait été installée à cet endroit a été pérennisée.

Concernant l’audit sur la vidéo-protection à Lyon, qui se fait attendre depuis de nombreux mois et que l’opposition ne manque pas de redemander à chaque débat sur la sécurité ou nouveau fait divers, l’adjoint à la sécurité assure que ses résultats seront dévoilés en février 2023. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut