Gerald Darmanin à Lyon le 9 septembre. (Loris Lacroix)

En visite à Lyon, Darmanin demande à Doucet "des preuves d'amour" envers la police

Après plusieurs mois de tension autour des questions de sécurité à Lyon, le ministre de l'Intérieur s'est entretenu ce vendredi 9 septembre avec le maire écologiste Grégory Doucet.

C'était une rencontre très attendue. Ce vendredi 9 septembre, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est en visite à Lyon pour échanger avec le maire Grégory Doucet. Après une halte surprise dans le quartier de la Guillotière (7e) pour rencontrer des commerçants et des habitants dans la matinée, le "premier flic de France" a été reçu à l'hôtel de Ville par le maire.

Une visite "très politique"

À la sortie de cet entretien d'un peu plus d'une heure, l'édile écologiste ne s'est pas montré tendre envers le ministre. "Je ne veux pas que Lyon devienne le terrain de jeu d’un ministre-candidat”, a-t-il ainsi déclaré après avoir qualifié cette visite de "très politique". Il a également expliqué avoir demandé au ministre de pallier" au désengagement passé de l'État", à propos de la baisse des effectifs de la police nationale.

De son côté, le ministre de l'intérieur s'est montré très clair vis-à-vis des déclarations de Grégory Doucet et de la police lyonnaise. "Je rappelle qu’il y a deux ans, le maire de Lyon avait réclamé 300 policiers supplémentaires sur trois ans. Je lui ai fait remarquer que les augmentations d’effectif étaient au rendez-vous, que nous faisons pour Lyon des efforts sans précédent. Nous sommes à 285 policiers de sécurité publique supplémentaires au 31 octobre, en un an et demi", a-t-il répondu.


"Un peu d'amour quoi ! Moins d'idéologie et plus d'amour. C'est ce que je lui ai demandé", Gérald Darmanin à propos de Grégory Doucet et des effectifs de police.


Devant la préfecture du Rhône, il a notamment expliqué que "la police ne peut pas y arriver toute seule. Elle demande à être encouragée, elle demande des preuves d'amour. Et de s'adresser à l'élu : J'ai envie de dire au maire de Lyon : aimez les policiers, ce sont des Lyonnais et des Français qui essayent de faire leur travail. Un peu d'amour quoi ! Moins d'idéologie et plus d'amour. C'est ce que je lui ai demandé". 

Une nouvelle visite prévue

Alors que le chef de l'exécutif lyonnais rappelait que "la police a déjà accès aux images, notre centre de surveillance urbaine permet déjà des images visibles", le ministre a déploré un manque de caméras de vidéoprotection. "C’est le seul maire de France avec lequel nous avons cette difficulté. Je lui écrirai une lettre la semaine prochaine avec le nombre exact de caméras que nous souhaitons à Lyon. Il y en a trois fois moins qu’à Marseille" a argué le ministre en promettant une nouvelle visite dans un mois et demi.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut