Après la polémique autour de l’Anneau des Sciences, le président de la métropole David Kimelfeld a choisi de lancer des Assises de la mobilité intégrées aux concertations sur le plan Climat-air-énergie territorial.
12 000 collégiens et lycéens ont manifesté à travers Lyon cet après-midi, vendredi 15 mars, pour interpeller les politiques sur la question climatique.
Comme beaucoup d’élèves dans le monde, les collégiens et lycéens lyonnais sont appelés à manifester pour apostropher les politiques sur l’urgence climatique, cet après-midi à 12h30 place Bellecour.
Bruno Charles © Tim Douet
Bruno Charles est le vice-président de la métropole chargé de la biodiversité et du développement durable. L’enjeu pour Lyon, estime-t-il, c’est la sobriété, faute de quoi on va droit vers la pauvreté, les inégalités sociales et les tensions. Less is beautiful.
Corinne Morel-Darleux et Marie-Cécile Paccard © Tim Douet / Sara Thom
Dans leur métier ou leur action politique, elles ont choisi de faire un pas de côté pour une société plus résiliente. Portrait de deux femmes qui s’activent, à Lyon, pour déclencher des rencontres, changer de logiciel et passer à l’action.
De gauche à droite : Philippe Lebreton (en haut) © Benoît Prieur / Wikimedia Commons / Philippe Guelpa-Bonaro © DR / Nicolas Detrin © DR / Vincent Mignerot © Tim Douet
Face aux annonces de catastrophes climatiques, financières et sociales, des Lyonnais se réunissent pour échanger leurs sentiments sur la théorie de l’effondrement développée par les inventeurs de la “collapsologie”, c’est-à-dire l’étude de la fin de la civilisation industrielle.
Photomontage © Lyon Capitale
Réchauffement climatique, épuisement des ressources, dégradation des sols, chute de la biodiversité, explosion de la démographie… Jamais dans le processus d’hominisation, ni au cours des 500 millions d’années passées du vivant, une situation d’une ampleur comparable ne s’était produite. C’est inédit. Tous les signaux sont au rouge, toutes les alarmes sonnent.
En quelques jours, la pétition en ligne lancée par quatre ONG françaises a récolté plus de 1 500 000 signatures. Un engouement sans précédent auquel les Lyonnais n’ont pas manqué de se noter présents.
À Lyon, malgré la Fête des lumières, la pluie et les inquiétudes de violences face à la grogne des Gilets jaunes et des lycéens, 7 000 personnes ont marché pour tirer la sonnette d’alarme sur l’urgence climatique et sociale.
Alors que la marche pour le climat s’apprête à prendre le départ de Jean-Macé, les organisateurs insistent pour appeler au calme et à la non-violence des participants.

Posts navigation

1 2