Le sentier du Biézin à Décines
Le sentier du Biézin à Décines

"A Lyon, on aura le climat de Madrid en 2050 et celui d'Alger en 2100."

Béatrice Vessiller est vice-présidente (écologiste) de la Métropole de Lyon en charge de l'urbanisme. Au menu de "6 minutes chrono", les enjeux de la révision du Scot, un monstre administratif qui définit les grandes orientations d’aménagement pour le territoire de l'agglomération lyonnaise.

Urbanisme, habitat, mobilité, aménagement commercial, environnement... A quoi ressemblera l'agglomération lyonnaise dans les vingt prochaines années ? Quelques pistes avec la révision du Scot, outil clef pour guider le devenir de l’agglomération.

Document essentiel, le Scot fixe des orientations en matière d’organisation de l’espace et d’urbanisme, d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement, etc. Le territoire concerné porte sur un territoire de 756 km2, composé de 74 communes et 1,48 million d'habitants.

Le Scot actuel qui fixait les orientations d'aménagement de l'agglomération lyonnaise à l'horizon 2030 a été approuvé en 2010, il y a douze ans. Le document prévoyait un accroissement de la population de 150 000 habitants en 2030. Cette progression démographique a été dépassée dès 2020.

177 place Bellecour grignotées en 10 ans

"L'agglomération a grossi bien plus vite que prévu avec un phénomène de concentration sur la métropole de Lyon et Lyon. Nous avons une vision beaucoup plus équilibrée. L'habitat et l'emploi doivent être mieux répartis sur le territoire." détaille Béatrice Vessilier. 

La vice-présidente en charge de l'urbanisme explique aussi qu' "avec le zéro artificialisation nette, on devra être plus dans le renouvellement de la ville sur elle-même pour ne pas grignoter les terres agricoles périphériques" soit une réduction par deux des surfaces agricoles consommées ces dix dernières années, à savoir 1 100 hectares

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut