La désolation en Allemagne après les inondations de juillet 2021 (Photo by Christof STACHE / AFP)

Présidentielle : dans une tribune, 1400 chercheurs dont plusieurs lyonnais pressent les candidats à s'emparer de la question du climat

1 400 chercheurs s'inquiètent de « l'absence de débat démocratique » sur le climat et la biodiversité pendant la campagne présidentielle. Ils appellent les différents candidats à s'exprimer sur ces sujets, à s'en emparer, dans une tribune parue mardi sur le site de FranceInfo.

Le sujet du climat, de la crise climatique, de la crise environnementale, peine à s'imposer dans les débats de la campagne présidentielle.

"Quels que soient nos opinions politiques et nos engagements personnels, nous constatons avec inquiétude l'absence de débat démocratique dans la campagne présidentielle sur les graves bouleversements en cours et à venir, qu'ils concernent le climat, l'océan, la biodiversité ou les pollutions", expliquent de concert, dans une tribune publiée ce mardi sur le site de FranceInfo, 1400 scientifiques et chercheurs, dont plusieurs lyonnais. Freddy Bouchet notamment. Chercheur au CNRS, directeur de recherche, spécialiste du réchauffement climatique et des évènements extrêmes, Freddy Bouchet est également physicien et développe des algorithmes et des outils nouveaux au laboratoire de physique de l’ENS de Lyon. Il avait analysé pour Lyon Capitale le rapport du GIEC en aout 2021. Un long entretien à retrouver ICI.

Les 1400 signataires de la tribune appellent les candidats à la présidentielle - et aussi les médias - à sortir "des discours de l'inaction".

"Si beaucoup d'objectifs de court et long termes sont connus et fixés par nos engagements nationaux et internationaux, différentes trajectoires sont possibles et doivent être discutées. Et si l'on choisit l'inaction, il est nécessaire d'en exposer et d'en assumer les conséquences", écrivent-ils encore.

L'ensemble de la tribune est à retrouver ICI

Lire aussi : Rapport du GIEC, conséquences du réchauffement climatique : « à Lyon, l’impact majeur sera les canicules extrêmes »

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut