Reconstitution de la grotte Chauvet © Camille Padilla
Son action est souvent invisible, mais l’Union européenne est un partenaire financier incontournable pour les collectivités locales. Sur la période 2014-2020, un peu moins de 3 milliards d’euros de fonds européens auront été ventilés en Auvergne-Rhône-Alpes, sur des champs très vastes, du numérique aux épiceries solidaires rurales.
Détail d’un dessin de Kanellos Cob pour Lyon Capitale
Dans la liste des ingrédients du succès du modèle lyonnais, l’apport européen est rarement mis en avant. Il va pourtant de pair avec la dynamique économique et culturelle de Lyon. Dans la culture, avec Arty Farty, comme sur le plan institutionnel, Lyon tente de développer son propre réseau européen : celui des capitales économiques à défaut d’être des capitales nationales.
De gauche à droite et de haut en bas : Sylvie Guillaume © Tim Douet / Véronique Trillet-Lenoir © DR / Benoît Schneckenburger © Maxime Jegat (MaxPPP) / Philippe Meunier © Vincent Poillet / Michèle Rivasi et Nora Berra © Tim Douet (montage LC)
Les élections européennes se heurtent souvent au mur de l’abstention. Politiquement, elles révèlent pourtant des clivages féroces, parfois au sein d’une même famille politique : fédéralistes contre tenants d’une Europe à la carte, protectionnistes contre mondialistes. Lyon Capitale vous présente les candidats locaux et surtout leurs visions, toutes différentes, de ce que doit être l’Union européenne.
Denis Broliquier à la mairie de Lyon, le jour de la réélection de Gérard Collomb © Tim Douet – 5/11/18
Force dominante avant les années Collomb, les centristes affichent depuis, élection après élection, leur division et une stratégie illisible. Ils se vendent à la découpe et 2020 ne devrait pas faire exception à la loi lyonnaise du centre.
Capture d’écran 2014-02-28 à 19.39.25
La bataille des comités de soutien n’a pas encore eu lieu. Entre David Kimelfeld et Gérard Collomb, les milieux économiques, culturels ou associatifs ne veulent pas exprimer une préférence qui pourrait leur revenir comme un boomerang en 2020.
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
Le poison de la haine se propage entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. En avril, chacun a clarifié ses ambitions et sa stratégie. Les mouvements de troupe s’apparentent aux préparatifs d’une guerre fratricide au sein des majorités, à la mairie de Lyon et à la métropole. Dans les deux camps, la perspective de s’affronter dans les urnes dans moins d’un an n’est plus exclue. Plongée dans les coulisses d’une bataille impitoyable.
Ce jeudi, Caroline Collomb a annoncé se mettre en retrait de la direction d'En Marche dans la métropole le temps de la campagne des élections européennes. Un référent par interim a été nommé pour la remplacer assurait la fédération locale. Un point que la direction nationale du parti a tenu à relativiser, à la demande des parlementaires En Marche en froid avec Caroline Collomb.
Le premier meeting lyonnais des élections européennes a présenté le visage éclectique de ses candidats, mais surtout de leurs soutiens. Un casting principalement composé d'élus qui s'opposent habituellement. Le temps d'une soirée, ils étaient réunis pour un meeting lui-même otage des divisions internes au sein de La République en Marche.
Etienne Blanc et Pascal Blache feront liste commune aux municipales de 2020 à Lyon
Cet automne, ils avaient annoncé partir chacun dans leur coin. Aux premiers jours du printemps, Étienne Blanc et Pascal Blache ont scellé une alliance, anticipant de plusieurs mois un rapprochement qu'ils savaient inéluctable et accéléré pour des raisons d'étiquette.
David Kimelfeld a officiellement lancé sa campagne métropolitaine ce week-end. Samedi, il a tenu sa première réunion publique devant 300 personnes. Le mouvement qu'il a enclenché ce samedi doit conduire Gérard Collomb à se rendre à l'évidence : la dynamique a changé de camp. L'aventure lancée ce samedi s'annonce longue et mouvementée.

Posts navigation

1 2 3 4 80 81 82