Grégoire Curmer, ultra trailer

"C'est stratosphérique à tous les niveaux!" Grégoire Curmer, vainqueur de l'ultra trail Terre des Dieux

Le Haut-Savoyard Grégoire Curmer a remporté la 2e édition de Terre des Dieux, la traversée de la Corse via le GR20 en 35h52. Lyon Capitale l'a rencontré.

A 31 ans, le chef de cuisine chamoniard vient de signer une performance impressionnante en bouclant la 2e édition de "Terre des Dieux" (169 km - 11 000 D+ via le GR20) en moins de 36 heures. Grégoire Curmer s'impose sur la scène européenne de l'ultra trail, avant de s'aligner, en octobre,  sur la ligne de départ de la Diagonale des Fous (traversée de l'île de la Réunion, 165 Km - 11 000 D+), pour le plateau le plus relevé de la course ultramarine.

Lyon Capitale a pu s'entretenir avec le coureur, le lendemain de sa victoire, et à quelques heures de reprendre son service à Chamonix.

Comment analysez-vous cet ultra trail corse ?
Je connais très bien la Corse et le GR20. Je savais donc à quoi m'attendre. Et que j'allais sacrément en baver. "Terre des Dieux" a beau être un 100 miles, on ne peut le comparer à aucune autre course. C'est complètement à part et totalement hors-norme. Entre chaque ravito, sur un UTMB (même distance et même dénivelé, NdlR), tu mets entre 1h30 et 2h00, là tu mets au moins 5 heures. C'est tellement technique et dur que tu passes au minimum deux fois plus de temps. Les organisateurs mettent la première barrière horaire à 9h45 de course pour faire 24 kilomètres... dans ce temps-là, dans 95% des ultras, tu fais au moins 50 kilomètres.

Le Haut Savoyard Grégoire Curmer remporte Terre Des Dieux, l'ultra trail corse qui emprunte le tracé du GR20
Le Haut Savoyard Grégoire Curmer remporte Terre Des Dieux, l'ultra trail corse qui emprunte le tracé du GR20. Un pacer l'a suivi les 50 derniers kilomètres

Il y a trois ans, vous avez remporté la Diagonale des Fous (traversée de l'île de La Réunion, 165 km - 10 000 D+). Quelle course insulaire est la plus dure ?
Pour moi, la Diagonale était la plus dure avant le GR20. Mais avec Terre des Dieux, on est encore un niveau au-dessus. Je mets 10h00 de plus en Corse qu'à La Réunion (23h33 contre 35h52)... J'aurai le temps de faire une CCC entre les deux (course de 101 km pour 6100 D+, pendant la semaine de l'UTMB? à Chamonix, NdlR) ! Le GR20 c'est stratosphérique, que ce soit la chaleur ou la technicité du terrain.

70% d'abandons ou de hors délai pour les deux éditions. A qui cette course est-elle destinée au juste ? 
Ce n'est clairement pas une course faite pour tout le monde. Il ne faut pas la prendre à la légère. Psychologiquement, elle peut te dégoûter des courses tant elle est difficile et que ta vitesse moyenne est basse (Grégoire Curmer affiche 4,70 km/h pour une moyenne des coureurs aux alentours de  2,70 km/h, NdlR). Terre des Dieux est une course faite pour des gens aguerris qui ont l'expérience des nuits dehors et de la montagne. Si tu n'a pas une fois posé le pied sur le GR20, il y a peu de chances que tu arrives au bout. Dans la partie nord, tu mets les mains, on est quasi dans l'escalade ! Jules-Henri Gabioud est pour moi un très très costaud sur les ultras XXL (PTL 300 km - 22 000 D+,  Tor des Glaciers 450 Km-32 000 D+ ...). Même lui, il m'a dit qu'il avait "peur" de cette course (le Suisse a abandonné au 46e km pour des problèmes gastriques, NdlR).

Quelle est la recette pour finir Terre des Dieux ?
Comme dans tous les ultras il faut être prêt physiquement, 80% étant du mental. Mais là, il faut que tous les signaux soient au vert, sous peine de ne pas y arriver. Là, si tu n'es pas super fort et que le mental n'est pas à son maximum, c'est mort. Au 111e km, t'as l'impression d'avoir fait un UTMB ! Il t'en reste près de 60 et tout sauf roulants et tu es fracassé. J'ai mis 10 heures pour les parcourir, certains mettent 25 heures ! Sur cette course, c'est simple, tu n'as plus aucune repère. C'est stratosphérique !

Est-ce le même parcours que celui des records d'Anne-Lise Rousset (35h50) et de Lambert Santelli (30h25) ?
Ça n'a strictement rien à voir ! Le parcours des records ne prend pas les mêmes variantes. Il a les variantes alpines : par exemple, sur Terre des Dieux on monte et on descend pour aller à Haut-Ascu, quand le parcours des records trace tout droit dans la montagne. Idem avec Bavella : on monte et on descend, eux passent par les crêtes. On ne peut pas comparer les deux parcours.

Quels sont vos prochains objectifs ?
La Diagonale des Fous en octobre. Ce sera le plus gros plateau de l'histoire de la course : Antoine Guillon, Ludovic Pommeret, François d'Haene... Je referai l'UTMB (8e en 2021 en 23h00), c'ets pour moi une course de quartier, j'habite sur place. Un top 3, je serai hyper content. La gagner, c'est autre chose. J'ai beau être pro et avoir un niveau pro, dans l'équipe Compressport International, j'ai aussi un vrai métier, chef de cuisine au Cap Horn à Chamonix.

Lire aussi :

Terre des Dieux : le GR20 corse en mode ultra trail

"Terre des Dieux n'est pas un 100 miles classique" Jean-Baptiste Simonetti, vainqueur de l'ultra trail corse

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut