Policiers. @Hugo LAUBEPIN
Policiers au palais de justice de Lyon @Hugo LAUBEPIN

Suspectés de vendre de la drogue sur internet, cinq hommes mis en examen à Lyon

Cinq vendeurs et livreurs présumés de drogue, suspectés de mener un commerce illégal via une application de messagerie chiffrée, ont été mis en examen à Lyon, a indiqué dimanche le parquet à l'AFP.

Cinq hommes suspectés d'avoir mis en place une vente de drogue par internet ont été mis en examen à Lyon. Arrêtés en début de semaine, les cinq hommes ont été mis en examen après l'ouverture d'une information judiciaire jeudi "des chefs de trafic de stupéfiants", de "blanchiment" et de "participation à une association de malfaiteurs", a expliqué le parquet de Lyon, confirmant et précisant des informations de deux sources proches de l'enquête.

Un commerce via une boucle Telegram

Quatre ont été placés en détention provisoire, le cinquième laissé libre sous contrôle judiciaire, a ajouté le parquet. Ces hommes sont accusés d'avoir livré à domicile des stupéfiants, de la cocaïne et du cannabis, à des clients membres d'une boucle Telegram comptant près de 2.500 abonnés, selon deux sources proches de l'enquête.

A lire aussi : Près d'une tonne de cannabis saisie près de Lyon

Cette pratique croissante a été baptisée "Ubershit" ou "Ubercoke", selon la substance. Des voitures et des vêtements de luxe ainsi que des comptes bancaires ont été saisis a indiqué le parquet. Une des autres sources a souligné le faste du "train de vie" des hommes interpellés.

Darmanin se félicite des résultats

Selon une autre source sécuritaire, près de 30 kilogrammes "de cocaïne et de shit" auraient été livrés via la boucle Telegram. Jeudi, le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin avait demandé aux préfets d'intensifier la lutte contre le trafic de drogue en ligne en renforçant notamment les cyberpatrouilles et les enquêtes sous pseudonyme sur internet.

A lire aussi : Près de Lyon, deux individus interpellés lors d'une vente de drogue

"On a eu ces dernières heures de très bons résultats", s'était-il félicité de passage à Lyon vendredi, en annonçant encore "des interpellations" à venir.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut