(Photo by Damien MEYER / AFP)

Tirs policiers à Vénissieux : LFI réclame la suppression de la BAC et de la BST

Quelques jours après la mort de deux hommes, tués par des policiers à Vénissieux suite à un refus d’obtempérer, la France Insoumise a demandé dans un communiqué la suppression de la BAC et de la BST.

Le contrôle de police qui a tourné au drame à Vénissieux dans la nuit de jeudi à vendredi n'a pas fini de faire parler. Après la mort de deux hommes de 20 et 26 ans, tués par les forces de l'ordre après un refus d'obtempérer, la France Insoumise, ainsi que le Parti de Gauche 69 et les Jeunes Insoumis 69, ont publié un communiqué. Dans celui-ci, il est notamment réclamé une refonte de la police, mais également la suppression "des unités dites de ‘’flagrant délit’’ comme la BAC ou la BST (Brigade spécialisée de terrain), qui sont en réalité des unités ultra-violentes impliquées dans la quasi-totalité des drames".

Si le parti de Jean-Luc Mélenchon dit ne pas vouloir "jeter l'opprobre sur une corporation entière", il affirme néanmoins que "la police tue encore". "Le drame qui s’est produit n’est pas le premier mais la suite d’une sombre série. En droit, le refus d’obtempérer n’est pas une cause de légitime défense. Donner la mort dans ces circonstances n’est ni un acte nécessaire ni un acte proportionné", explique LFI.

"Avoir des gardiens de la paix plutôt que des forces de l’ordre"

Pour conclure, la France Insoumise indique que "toutes ces mesures ont pour but de retrouver une police qui participe à la tranquillité publique plutôt qu’à l’exacerbation des tensions avec la population. Il s’agit ni plus ni moins que d’avoir des gardiens de la paix plutôt que des forces de l’ordre."

Il faut rappeler que les deux hommes étaient connus des services de police. Le plus jeune n'avait aucune condamnation, tandis que le conducteur avait lui 9 mentions à son casier judiciaire. Il était recherché pour vols aggravés de véhicules. L'agent percuté par la voiture au moment des faits a lui été légèrement blessé aux jambes.

A lire sur le sujet : 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut