Photo d’illustration. Véhicule de la police nationale garé devant le commissariat de police au niveau de l’Hôtel de Ville. @WilliamPham

Vénissieux : la garde à vue des deux policiers levée

Le parquet de Lyon a levé la garde à vue des deux fonctionnaires de police mis en cause après un contrôle qui a mal tourné sur le parking d'un supermarché à Vénissieux dans la nuit du 18 au 19 août.

Le parquet de Lyon a indiqué vendredi soir dans un communiqué avoir levé en fin d'après-midi la garde à vue des deux policiers auditionnés par l'IGPN. Face à un refus d'obtempérer lors d'un contrôle, les deux fonctionnaires avaient ouvert le feu jeudi soir sur une voiture signalée comme volée, tuant un passager et blessant grièvement le conducteur, qui est toujours entre la vie et la mort. Alors que quatre policiers tentaient de contrôler le véhicule, le chauffeur avait percuté en marche avant l'un d'entre eux, le projetant sur le capot et continuant à avancer sur une centaine de mètres.

Une information judiciaire a été ouverte pour « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner », dans le sillon de l'enquête confiée pour ces mêmes chefs à L'IGPN. « Si les premiers éléments semblent corroborer l’hypothèse de la légitime défense, des investigations complémentaires – notamment une reconstitution et des expertises balistiques – devront cependant être diligentées pour confirmer les circonstances exactes dans lesquelles les policiers ont fait usage de leurs armes. » écrit le parquet.

Les passagers âgés de 20 et 26 ans

On en sait également plus sur les occupants de la voiture. Originaire de Lyon, le passager décédé avait 20 ans. Bien que connu de la police, il n'avait aucune condamnation sur son casier judiciaire. Le conducteur, dont le pronostic vital reste engagé, vient quant à lui d'Annecy. À 26 ans, il a déjà été condamné neuf fois et était actuellement recherché « dans le cadre d’une enquête ouverte pour vols aggravés de véhicules ».

Une enquête pour « recel de vol », « refus d'obtempérer aggravé » et « violences avec arme sur agents de la force publique », a également été ouverte par le parquet de Lyon et confiée à la Direction départementale de la sécurité publique du Rhône.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut