Pierre Oliver, sur le plateau de l’émission « 6 minutes chrono », le rendez-vous quotidien de Lyon Capitale.

"Désintérêt des Lyonnais", "ateliers déserts", Pierre Oliver déçu par le festival "entre Rhône et Saône"

Le maire LR du 2e arrondissement de Lyon, Pierre Oliver, estime ce jeudi que les "motifs de déception sont nombreux" après la 1ère édition du festival "entre Rhône et Saône" qui s'est déroulée le week-end dernier.

Du vendredi 1er au dimanche 3 juillet, la Ville de Lyon a organisé la 1re édition de son festival "Entre Rhône et Saône" pour faire revivre le lien qui unit les Lyonnais à leurs deux cours d’eau, la Saône et le Rhône. La 1ère édition de ce festival a mêlé des projets artistiques, écologiques, et festifs, au milieu de la Saône, du Rhône, de la darse de Confluence, à l’Île Barbe en passant par les berges de la Guillotière.

Un budget de 750 000 euros a été consacré au festival, dont la moitié est tirée du mécénat. 220 évènements sportifs, culturels, écologiques ou encore gustatifs ont été proposés au bord au bord des fleuves, de la darse de Confluence, de l’Île Barbe, des quais du Rhône, avec notamment, en temps fort, la Mâchecroute.

La Ville de Lyon s'est réjouie de cette 1ère édition, annonçant entre 40 000 et 50 000 visiteurs tout le week-end lors du festival.

Président du principal groupe d'opposition au conseil municipal de Lyon, le maire LR du 2e arrondissement, Pierre Oliver a expliqué que le festival l'a "quelque peu déçu" en préambule du conseil municipal, ce jeudi 7 juillet.

"Si l’idée de départ était intéressante, le rendu lui l’était beaucoup moins à en croire le désintérêt des Lyonnais pour cette fête", a ajouté le maire du 2e arrondissement, chef de file de la droite au conseil municipal.


"De nombreux ateliers déserts, un réveil de la Machecroûte plus loufoque que ludique, bref les motifs de déception étaient nombreux"

Pierre Oliver, maire LR du 2e arrondissement de Lyon


"De nombreux ateliers déserts, un réveil de la Machecroûte plus loufoque que ludique, bref les motifs de déception étaient nombreux. A commencer par les chiffres communiqués : 30 000 personnes sur les berges du Rhône. Soit l’équivalent d’une fréquentation normale d’un samedi après-midi sur les quais. On est encore loin des 73 000 spectateurs payants d’Indochine au Groupama stadium ou des 80 000 de l’Inversion Fest au Matmut stadium. A croire que votre collègue militant écologiste Yann Arthus Bertrand n’est pas encore au niveau de ces stars", a asséné Pierre Oliver.

"Je ne dirai pas que nous avons gâché 750 000 euros, mais pour les prochaines éditions s’il devait y en avoir, il me semble qu’une nouvelle programmation plus proche de son esprit d’origine, le pardon des mariniers, aurait un tout autre impact", a-t-il conclu.

Lire aussi : La Ville de Lyon lance "Entre Rhône et Saône", un nouveau festival dont le parrain est Yann Arthus-Bertrand

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut