Joris Mathieu, le directeur du TNG, sur le plateau de Lyon Capitale, en mai 2022.

"Une méconnaissance de la Région du fonctionnement de l'écosystème culturel" (vidéo)

Joris Mathieu, directeur du TNG de Lyon (Théâtre Nouvelle Génération, est l'invité de Lyon Cap'. Il revient sur les coupes drastiques dans les subventions accordées par la Région à de nombreux acteurs culturels lyonnais.

"Sidération", "stupéfaction", le monde de la culture à Lyon est sous le choc alors que la Région Auvergne-Rhône-Alpes s'apprête ce mercredi 25 mai à voter en commission permanente (non ouverte au public et à la presse) des coupes drastiques dans les subventions accordées à de nombreux acteurs culturels de la Région.

Pour la seule ville de Lyon, le montant de la baisse est évalué à près de 2 millions d’euros.

"C'est d'une ampleur inédite et surtout il n'y aucune concertation"

Joris Mathieu, directeur du TNG de Lyon (Théâtre Nouvelle Génération, et membre du bureau national du Syndeac, syndicat national des entreprises artistiques et culturelles, est l'invité de Lyon Cap et de 6 minutes chrono.

"On a d'abord été frappé par une forme de stupéfaction et sidération", explique-t-il. Le directeur du TNG dénonce "la méthode employée". "Ces annonces frappent un nombre très important d'établissements, avec des annonces tardives - au mois de mai - et donc ça met dans une grande difficulté des acteurs qui sont frappés pour certains très durement. C'est d'une ampleur inédite et surtout il n'y aucune concertation. Les acteurs (culturels) n'ont pas été informés. On ne nous annonce pas, on apprend sous forme de rumeurs. Aucune information ne nous a été transmise officiellement", poursuit Joris Mathieu.

"Toutes les saisons sont construites au moins 6 moins en amont. Que fait-on avec cette baisse de crédits ? Est-ce que l'on décide de supprimer des projets, donc de l'emploi artistique ? Ou doit-on assumer de réaliser un déficit alors que nous sommes gestionnaires d'argent public ?", s'interroge-t-il.

Dans une lettre ouverte, 60 structures culturelles dénoncent le choix de la Région de baisser certaines subventions (décryptage à retrouver ici).

Lire aussi :

"Nos structures sont des structures redistributrices d'argent public"

La Villa Gillet, à Lyon, devrait notamment perdre une subvention de 350 000 euros. "La situation est extrêmement grave pour la Villa Gillet. Il faut toujours faire attention quand on donne des chiffres et des montants, j'ai bien conscience que l'opinion publique, voyant de tels montants, peut se dire "bon finalement est-ce que c'est pas excessif par rapport à d'autres qui sont des plus petits acteurs ?". Nos structures sont des structures redistributrices d'argent public, notre maillage sur l'ensemble de la Région permet de créer un écosystème qui soutient une activité d'un ensemble d'acteurs. On n'est que des structures redistributrices d'argent public", insiste Joris Mathieu.

"Quand la Région avance l'argument d'un effort demandé aux grosses structures par rapport aux plus petites, c'est une méconnaissance du fonctionnement de l'écosystème culturel", conclut-il.

En pleine polémique sur la baisse des subventions accordées par la région Auvergne-Rhône-Alpes à de nombreux acteurs culturels lyonnais, Lyon Capitale révélait lundi soir que la collectivité s’apprêterait à accorder une subvention de 500 000 euros au festival Inversion, co-organisé par le Lou Rugby. Un événement qui verra Stromae, Orelsan ou encore PNL se produire à Gerland en juin. Toutes les explications ici.

L'intégralité de l'interview de Joris Mathieu est à retrouver ci-dessous.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut