Une 5e commune de la Métropole de Lyon passe à 30 km/h, 23 autres intéressées

Depuis son arrivée à la tête de la Métropole de Lyon, la majorité écologiste ne cache pas son ambition de permettre à au moins "2/3" des Grands Lyonnais de résider sur une commune à 30 km/h. Avec le passage en ville 30 de Saint-Romain-au-Mont-d’or, cinq communes de la Métropole ont désormais sauté le pas et 23 autres devraient le faire prochainement, comme Lyon, ou y réfléchissent, à l’instar de Villeurbanne. 

Ce samedi 20 novembre, le vice-président de la Métropole de Lyon en charge de la voirie et des mobilités actives, Fabien Bagnon, s’est félicité du passage d’une 5e commune du territoire en "ville 30". Après Oullins en juillet 2019, Poleymieux-au-Mont-d'Or, en début d'année 2021, Fontaines-Saint-Martin, en juin dernier, et Couzon-au-Mont-d’Or au mois d’octobre, c’est au tour de Saint-Romain-au-Mont-d’Or de sauter le pas. 

Lire aussi : Lyon ville 30 en 2022 : aménagements, sécurité, la maire d'Oullins décrypte "sa" ville 30

Depuis l’arrivée des écologistes à la tête de la Métropole de Lyon, la mesure n’en finit plus de faire des petits et des intéressés. Interrogé sur cette dynamique au mois de juillet, Fabien Bagnon nous avait ainsi répondu "Le sujet prend de l’ampleur et avance très rapidement en France, il est donc logique qu’il progresse aussi sur la Métropole de Lyon".  Mais c’est aussi parce que la collectivité territoriale en a fait l’un de ses chevaux de bataille pour apaiser les villes du Grand Lyon.

Mesure phare de la Métropole pour apaiser les villes 

Ainsi, dans un courrier adressé aux maires des communes de la Métropole, l’élu les assurait du soutien de ses services pour "accompagner chacune des communes volontaires dans le développement du projet et sa territorialisation. […] Pour cela, vos services pourront notamment proposer une première carte identifiant les axes prioritairement concernés par le passage en zone 30, et ceux davantage susceptibles de demeurer à la vitesse de 50 km/h". 


"On aimerait bien que les 2/3 des habitants de la métropole résident sur une commune à 30 km/h"
Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de la voirie


Un enjeu d’autant plus essentiel pour la Métropole, que le vice-président à la voirie nous confiait que la collectivité " aimerait bien que les 2/3 des habitants de la métropole résident sur une commune à 30 km/h" d’ici la fin du mandat, en 2026. Selon une carte de suivi de la Ville 30, publiée sur Twitter par l’élu ce samedi, 23 autres communes seraient intéressées par cette mesure. 

Lire aussi : La vitesse passera à 30 km/h dans les rues de Lyon le 30 mars 2022

Lyon y passera le 30 mars 2022

Sans surprise on y retrouve Lyon, qui, comme nous l’annoncions le 23 octobre dernier, abaissera la vitesse à 30 km/h dans ses rues le 30 mars 2022. Un changement essentiel aux yeux de Gregory Doucet pour "apaiser la ville et notamment réduire l’accidentologie" et qui selon Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole en charge de la voirie, doit également permettre de "redonner la priorité aux piétons". Passée cette date, "l’essentiel des voiries, la totalité ou presque, sera à 30km/h, sauf certains axes très circulant qui resteront à 50", expliquait au mois de septembre le maire de Lyon. 


"L’essentiel des voiries, la totalité ou presque, sera à 30km/h, sauf certains axes très circulant qui resteront à 50"
Grégory Doucet, maire de Lyon 


Car, finalement, le principe de la "ville 30" ce n’est ni plus ni moins que "d’inverser la logique. Se dire, 30km/h, c'est la base en ville. […] Ce n'est pas comme une zone 30 où on définit une petite zone où la limitation de vitesse est à 30km/h.",  nous résumait il y a plusieurs semaines Valentin Lungenstrass, l’adjoint au maire de Lyon aux mobilités. Reste désormais à savoir quels axes seront conservés à 50 km/h.

Selon un document partagé sur Twitter par Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole en charge de la voirie, 23 communes sont intéressées par la Ville 30. (Crédit Métropole de Lyon)

Bron, Givors, Villeurbanne, Neuville ... intéressées

Parmi les autres communes qui seraient intéressées par ce changement de logique on retrouve notamment, Bron, Givors, Saint-Genis-Laval, Neuville-sur-Saône, Écully ou encore Villeurbanne. Comme nous le relevions en début de semaine, la municipalité limitrophe de Lyon, dirigée par Cédric Van Styvendael, a d’ailleurs inscrit cette mesure à son plan de transition écologique pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre de 20 % sur la commune, d'ici 2026.

Lire aussi : Après Lyon, Villeurbanne envisage de passer en "Ville 30"

Si toutes ou partie de ces 23 communes venaient à transformer leur marque d’intérêt auprès de la Métropole en plan d’action, la collectivité territoriale n’aurait alors pas de mal à remplir son contrat, évoqué plus haut. Les villes de Lyon et Villeurbanne abritant à elles seules 650 000 des 1 400 000 Grands Lyonnais. 

Lire aussi : Métropole de Lyon : la Mulatière demande à passer en "ville 30", trois autres communes aussi

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut