Villeurbanne © Antoine Merlet

Villeurbanne souhaite une transition écologique ambitieuse : les grandes lignes pour le mandat

D’ici 2026, la Ville de Villeurbanne souhaite mener sa transition écologique sur tous les fronts, afin de faire baisser les émissions de gaz à effet de 20 % sur la commune. Un projet ambitieux, qu’elle entend conduire en travaillant avec sa population et les différents acteurs de son territoire, pour permettre à la jeune génération de "mieux vivre" demain. 

Au lendemain de la fin de la Cop26, la conférence internationale sur le climat qui se déroulait à Glasgow, la Ville de Villeurbanne dévoilait ce lundi 15 novembre son plan d’action pour prendre sa part. Un rapport de près de 100 pages à l’intérieur duquel la municipalité socialiste, à la tête de la deuxième plus grande ville du département, dévoile ses ambitions en matière de transition écologique d’ici la fin de son mandat en 2026. 

En compagnie de plusieurs de ses adjoints, le maire, Cédric Van Styvendael, avait choisi un lieu loin d’être anodin pour présenter ce projet, la crèche Helen Keller. Installé à deux pas du périphérique est, entre le quartier Einstein-Salengro et celui des Buers, ce pôle de petite enfance, construit en 2019, se veut un "lieu apaisé et un exemple positif de transition écologique", où "elle se développe sous toutes ses formes : de par la construction du bâtiment, les produits d’entretien utilisés, l’éducation aux bons gestes avec les enfants", fait valoir l’édile socialiste. 

Pour la ville de Villeurbanne, la crèche Helen Keller est symbole de la transition écologique "sous toutes ses formes : de part la construction du bâtiment, les produits d’entretiens utilisés, l’éducation aux bons gestes avec les enfants". (Photo Hadrien Jame)

"Mieux vivre" demain

Difficile de ne pas y voir un symbole de l’engagement envers la jeune génération. D’ailleurs Cristina Martineau, l’adjointe à la petite enfance, n’a pas manqué de le souligner en insistant sur ce point : "les enfants qui nous entourent seront de jeunes trentenaires en 2050, je trouve que cela incarne notre détermination. C’est bien pour eux que l’on travaille et que l’on avance pour cette urgence écologique". À cet égard, les 11 crèches de la ville et les relais petite enfance vont bientôt entamer les démarches pour être labellisés "Écolo crèche". Un engagement qui se retrouve dans les propos de Cédric Van Styvendael, qui veut "se rappeler en permanence notre responsabilité politique pour les générations futures".


"On ne part pas de rien, on ne révolutionne pas tout, nous ne sommes pas en rupture, on a juste à pousser les curseurs de manière plus importante", Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne


Aujourd’hui, la municipalité socialiste veut donc amener à un autre niveau la transition écologique entamée "il y a plus de 20 ans à Villeurbanne". "On ne part pas de rien, on ne révolutionne pas tout, nous ne sommes pas en rupture [avec la précédente administration, NDLR], on a juste à pousser les curseurs de manière plus importante et c’est une chance", explique le maire de la Ville. Depuis son entrée en fonction, Cédric Van Styvendael a donc affiché ses ambitions, en confiant notamment la délégation de la transition écologique à sa première adjointe, Agnès Thouvenot. 

De gauche à droite, Cédric Van Styvendael, le maire, Agnès Thouvenot, adjointe à la Transition écologique, Cristina Martineau, adjointe à la petite enfance, Antoine Colliat, adjoint à la transition énergétique. (Photo Hadrien Jame)

Un objectif : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre

L’élue voit celle-ci "comme une capacité à mieux vivre" demain et cela doit notamment passer par la "réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre de la ville", d’ici 2026. À en croire le maire, "près d’un tiers de nos 300 millions d’euros d’investissements sur le mandat vont participer à la réduction des gaz à effet de serre". Pour cela, Villeurbanne veut avancer sur tous les fronts :

  • Énergie
    En partant du constat que les bâtiments de la ville sont responsables de "près de 55 % de la consommation d’énergie du territoire", la Ville veut faire dans la "sobriété énergétique". À cet égard, "18 millions d’euros" seront notamment investis sur les économies d’énergies liées aux bâtiments, "on double le budget", se félicite Cédric Van Styvendael.
  • Mobilité 
    Pleinement intégrée dans la mise en oeuvre de la Zone à faible émission (ZFE) sur la Métropole de Lyon, Villeurbanne veut "accompagner les changements de pratique de déplacement" tout en étendant le stationnement payant, développant l’autopartage et la pratique du vélo sur le territoire de la ville. Par ailleurs, il s’agira également de faire passer Villeurbanne en « Ville 30 », en instaurant une limitation de vitesse à 30 km/h sur toute la ville avec quelques exceptions à 50 sur certains axes.
  • Végétalisation et biodiversité
    Afin de végétaliser la ville, pour l’embellir, mais aussi  lutter contre le réchauffement climatique et ses conséquences en milieu urbain, la municipalité veut créer trois grands parcs durant son mandat : Grandclément sur 3 hectares, ACI sur 3 hectares et le parc des berges de Saint-Jean sur 5 hectares. La collectivité estime le montant des travaux pour créer ou réhabiliter des parcs et jardins sur son territoire à 14,5 millions d’euros.
  • Alimentation
    Sur le mandat, 630 000 euros seront mobilisés pour développer une "alimentation de qualité pour toutes et tous" assure la Ville. L’objectif étant par exemple de faire passer la part de produits biologiques présents dans la restauration collective publique de 35 % de bio à "100 % de produits bio et locaux utilisés par la cuisine centrale".
  • Acteurs économiques 
    L'accompagnement des "entreprises dans la transformation de leur modèle économique" représente également un enjeu majeur pour la Ville. Cela doit aussi passer par l'accélération de leur "transition énergétique", tout en les accompagnant dans le développement d'une logistique dite "propre", notamment en ce qui concerne les livraisons.
  • Urbanisme 
    Pour lutter contre les îlots de chaleur la nature "sera prise en compte" de manière "systématique" dans les projets en ville, pour notamment accroître les îlots verts. Cela passera aussi par la désimperméabilsiation des sols et la végétalisation du patrimoine public, à l’instar des écoles. Sans oublier la production de logement social, pour passer de 25 % à 30 % en 2030, tout en "garantissant une part d’immobilier économique", "pour maintenir des emplois centralisés et limiter les déplacements".

Une transition pas seulement technique 

Toutefois, les élus municipaux réunis ce lundi matin ont bien conscience que la transition écologique peut parfois paraître flou et "difficile à accepter, c’est normal que cela crispe certaines personnes", reconnaît Cédric Van Styvendael. C’est pourquoi la Ville veut "accompagner les habitants" dans ce changement, qui doit se "faire en parallèle de la lutte contre les inégalités et la transition démocratique", souligne le maire. Agnès Thouvenot admet bien volontiers que "tout le monde n’est pas armé pour faire sa transition écologique".


"On propose aux habitants, aux associations, aux entreprises de faire alliance avec nous pour essayer de conduire à l’échelle de notre ville cette transition",Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne


Tout au long du mandat, différentes actions seront donc menées pour soutenir les Villeurbannais et les sensibiliser aux différents enjeux. Prochainement, ils pourront déjà signer un manifeste publié par la mairie en faveur de la transition écologique, avant, plus tard, de suivre des formations au sein de la future Université populaire de la transition, qui doit "permettre d’armer les citoyens villeurbannais afin qu’ils puissent participer à ce grand défi", précise la Ville. 

La transformation du centre de plein air de Chamagnieu en "un écocentre" s’inscrit également dans cette démarche pour permettre aux enfants et aux adultes de s’éduquer au "développement durable". Ce nouveau site devrait aussi leur permettre de "reconnecter avec la nature", un passage essentiel, car, pour Agnès Thouvenot, la transition écologique ne peut "pas se résumer à la seule performance énergétique" et selon le maire elle ne pourra "pas se faire sans les habitants".

Lire aussi : Villeurbanne aménage ses écoles pour des cours plus écologiques et plus inclusives

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut