Alain Merieux (Photo by JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Rhône : Alain Mérieux dirigera le comité de soutien de Pécresse, elle nous a confié leur vision pour la recherche à Lyon

Près de 20 ans après s’être placé en retrait du monde politique, aujourd’hui âgé de 83 ans, l’industriel lyonnais Alain Mérieux a accepté de prendre la présidence du comité de soutien dans le Rhône de Valérie Pécresse. Au mois de septembre, la candidate LR à la présidentielle nous avait confié avoir échangé avec lui sur l’idée de créer à partir de Lyon un centre de recherche d'excellence mondial.

Bien connu des Lyonnais pour avoir fondé BioMérieux, Alain Mérieux, a décidé à 83 ans de faire son retour dans le milieu politique pour soutenir la candidate Les Républicains, Valérie Pécresse, en vue de l’élection présidentielle. Retiré depuis près de 20 ans de la scène politique, il s’est longuement confié dans les colonnes du Progrès du jour, dans lesquelles il annonce avoir "accepté de prendre la présidence du comité de soutien à Valerie Pécresse dans le Rhône".

Lire aussi : A Lyon et dans le Rhône, la droite "rassemblée" s'affiche derrière Valérie Pécresse, mais la route est longue

Ami fidèle de Jacques Chirac, l’industriel lyonnais justifie son retour en expliquant qu’il "considère que notre pays connaît une période très difficile. Je dois, à mon petit niveau, m’engager pour la res publica, la chose publique, malgré mon âge biblique. […] Je marche beaucoup à la personne. […] En plus, c’est une femme. Nous avons besoin de ça. Elles ont moins d’ego que les hommes savent ce qu’elles veulent et quand elles tiennent un rôle, elles l’occupent jusqu’au bout. Je suis admiratif".


"Valérie Pécresse a l’expérience, la volonté, une forme d’exemplarité. C’est pourquoi je me mobilise, pas contre quelqu’un mais pour un projet pour la France", Alain Mérieux, président du comité de soutien de Valérie Pécresse dans le Rhône


Une vision pour l'avenir de la recherche à Lyon

Au mois de septembre dernier, celui qui présidera donc ce comité de soutien de près de 80 personnes avait rencontré à Lyon la présidente du conseil régional d’Île-de-France. Une rencontre sur laquelle Valérie Pécresse s’était confiée auprès de Lyon Capitale lors d’un entretien. Elle nous avait alors expliqué avoir "rencontré Alain et Alexandre Mérieux à la Fondation Mérieux pour parler avec eux de recherche, d'enseignement supérieur. Sur l'infectiologie et la crise covid, l'idée de faire un centre d'excellence mondial à partir de Lyon autour des centres de recherche lyonnais, ça me paraît une idée très porteuse. On a ensuite parlé de l'IDEX et de l'université de Lyon qui est une vraie perte pour Lyon. Il faut faire en sorte que l'université de Lyon revienne une université d'excellence. On a beaucoup parlé recherche et Lyon ".


"L'idée de faire un centre d'excellence mondial à partir de Lyon autour des centres de recherche lyonnais, ça me paraît une idée très porteuse", Valérie Pécresse, candidate LR à la présidentielle


Un échange qui avait également amené les deux personnalités à parler de la proposition de Valérie Pécresse "de créer un vrai ministère de l'industrie et de la recherche pour pouvoir faire des vrais projets industriels, décloisonner recherche et industrie pour trouver des vaccins, pour travailler sur de nombreuses technologies". 

Lire aussi : Valérie Pécresse à Lyon Capitale : "je veux absolument travailler avec Laurent Wauquiez"

Trois défis pour Pécresse

Près de cinq mois plus tard, le fondateur de BioMérieux présente une femme ayant "l’expérience, la volonté, une forme d’exemplarité" et avec "un projet pour la France", "c’est pourquoi je me mobilise, pas contre quelqu’un" assure le Lyonnais. À nos confrères, il a confié attendre Valérie Pécresse sur trois points : 

  • "Qu’elle porte une vision partagée, la vision d’une société reconstituée. […] Il faut que ceux qui réussissent renvoient l’ascenseur".
  • "Il faut que la France se réaffirme. J’ai une vision gaulliste, je suis un Européen convaincu dans le cadre de l’Europe des Nations. […] Et la France doit tenir un rôle particulier là où l’Histoire et la francophonie nous lient".
  • "Il faut restaurer l’autorité de l’État dans tous les domaines. […] Il faut restaurer l’ordre républicain. […] Quand tout ça sera en route, on pourra retrouver une certaine joie de vivre en France". 

Avec ce prise de position d'Alain Mérieux, Valérie Pécresse enregistre un soutien de poids dont s’est félicité sur Twitter l’orateur de la campagne de Valérie Pécresse et maire du 2e arrondissement Pierre Oliver, en remerciant l'industriel.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut