Le groupe antifasciste lyonnais, la "Gale", officiellement dissous par le gouvernement

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé la dissolution du "Groupe antifasciste Lyon et Environs" mercredi 30 mars, à l'issue du Conseil des ministres. Le mouvement d'ultragauche n'a pas tardé à réagir sur Twitter.

La menace sur le groupe planait depuis quelques jours. Le ministre de l'Intérieur avait engagé le 18 mars dernier une procédure de dissolution contre la Gale, un mouvement d'ultragauche créé à Lyon. Il n'en avait pas fallu plus pour que le mouvement appelle à manifester samedi 26 mars, pour protester contre cette décision.

Cependant, cela n'a pas suffi pour sauver le groupe d'extrême gauche. Seulement 15 jours plus tard, à l'issue du Conseil des ministres mercredi 30 mars, Gabriel Attal a officialisé la dissolution du groupe.

Faire "respecter l'ordre républicain"

Selon le porte-parole du gouvernement, la Gale était "connu pour ses actions violentes, ses appels à la haine et son incitation virulente et incessante à s'en prendre à nos forces de l'ordre". Gabriel Attal a également insisté sur "l'engagement pris devant les Français" de "continuer à les protéger jusqu'à la dernière seconde du quinquennat". Pour rappel, en novembre 2021, plusieurs membres de la Gale étaient passés devant le tribunal pour des coups donnés lors d'une bagarre contre des militants d'extrême-droite lors d'une manifestation. Au terme d'un long et ubuesque procès, sans victime ni ITT, plusieurs avaient été relaxés tandis que d'autres avaient reçu une amende.

"Que les choses soient dites une nouvelle fois : nous ferons respecter l'ordre républicain jusqu'au bout et face à tous ceux qui le menacent", insistait Attal.

"Nous allons réagir"

La réaction du groupe antifasciste ne s'est pas fait attendre. Sur son compte Twitter, le groupe a réagi en écrivant "ALERTA : Nous sommes officiellement le premier groupe antifasciste dissous par le gouvernement. Nous allons réagir", explique le mouvement, avant d'interpeller le ministre de l'Intérieur. "Darmanin, tu ne veux pas la guerre, mais pourquoi tu allumes la mèche".

Lire aussi :

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut