La banderole « L’antifascisme n’est pas un crime » déployée devant le tribunal, où 7 militants antifascistes étaient jugés pour violences jeudi 4 novembre. Photo : Marie Allenou

Lyon : une procédure de dissolution engagée contre la "GALE", groupe antifasciste lyonnais

Une procédure de dissolution a été engagée par le ministre de l’Intérieur contre la "GALE" (Groupe antifasciste Lyon et environs).

C'est une information de nos confrères de Rue89Lyon. Une procédure de dissolution a été engagée par Gérald Darmanin, le ministère de l'Intérieur, contre la "GALE" (Groupe antifasciste Lyon et environs). Le groupe antifasciste lyonnais s'est vu notifier cette procédure le 17 mars.

La GALE est dans le viseur des autorités depuis plusieurs mois et années. Aucun groupe antifasciste n'a été dissous, jusqu'à présent, en France.

La GALE réagit dans un communiqué : "Depuis décembre 2021, la préfecture fait peser sur notre groupe la menace d'une possible dissolution. Ses fondements ? Le relais via les réseaux du groupe d'une vidéo du Lyon AntifaFest montrant notamment des slogans anti-police lors d'un concert, puis quelques mois plus tard celui de l'appel du mouvement "Les Soulèvements de la terre" à assiéger Bayer-Monsanto le mars à Lyon. (Gérald) Darmanin a indiqué vouloir dissoudre le groupe, après avoir fait un signalement au ministère de la justice, et demandé aux services du ministère de l'intérieur d'entamer des investigations sur la GALE et le Lyon AntifaFest".

"Cette dissolution ne nous fait pas peur. L'excitation de (Gérald) Darmanin à dissoudre tous les groupes dits d'"ultra-gauche" est un coup électoral pour attirer les électeurs de droite. C'est aussi un moyen de réprimer un mouvement d'ampleur qui se prépare face à un potentiel second quinquennat du gouvernement Macron qui s'apprête à poursuivre sa politique antisociale et raciste", ajoute notamment la GALE.

"Par cette dissolution c'est l'autonomie lyonnaise qui est visée. Or c'est beaucoup donner à la GALE que de penser qu'elle représente tout un mouvement qui par essence est hétérogène, disparate et massif. Encore une fois, les fantasmes du gouvernement alimentent une répression sans précédent : la dissolution d'un groupe antifasciste. Ceci est un appel à un soutien d'ampleur de la part de tous nos alliés et des forces progressistes dans leur ensemble. Depuis quelques mois, notre camp social vit un basculement répressif, faire bloc est notre seule issue. On ne dissout pas la révolte qui gronde. À jamais antifasciste", conclut la GALE dans un communiqué.

Lire aussi : Lyon : Génération identitaire, c'est fini

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut