Projet de téléphérique © Antoine Merlet / Simulation Lyon Capitale

870 000 euros : le coût des études et de la concertation du téléphérique (abandonné) entre Lyon et Francheville

C'était l'un des projets emblématiques en matière de transport de l'exécutif métropolitain écologiste. Sous la pression populaire et la levée de boucliers des "anti téléphérique", le projet ne verra jamais le ciel.

C'était l'une des promesses de campagne de Bruno Bernard, président (EELV) de la Métropole de Lyon. C'est logiquement devenu un des projets phares et forts du Sytral, le syndicat qui gère les transports lyonnais, lui-même présidé par... Bruno Bernard : une ligne de "transport par câble" (un téléphérique en langage commun) de peu ou prou 6 kilomètres de long reliant, par les airs donc, Lyon (Gerland ou Perrache selon les trois fuseaux retenus) à Francheville, via Sainte-Foy-lès-Lyon et La Mulatière, avec des cabines pouvant déplacer de 10 à 12 personnes à une vitesse moyenne de 20 km/h.

Le Sytral l'avait inscrit dans son plan de mandat, prévoyant 160 millions d’euros pour cette liaison inédite, lyonnaise à l’occasion du vote des investissements du mandat 2020-2026.

Nouveauté oblige, le projet avait rapidement accaparé l'espace médiatique, intensément alimenté par l'ire d'une bonne partie des habitants de Sainte-Foy-lès-Lyon, de La Mulatière et du 2e arrondissement qu'il devait survoler.

Missiles anti-aérien

Les 4 tracés soumis à la concertation du projet de transport par câble entre Francheville et Lyon

A Sainte-Foy, 96 % des Fidésiens s'étaient sont déclarés "contre", à La Mulatière 94 % et dans les quartiers de Carnot-Perrache, Ainay et Confluence, près de 80% s'étaient dits défavorables au projet.

Sous la pression populaire, qui s'était exprimée à l'occasion de la concertation préalable organisée du 15 novembre 2021 au 15 février 2022 (15 rencontres, plus de 4000 participants et 6 000 contributions) , le Sytral, qui a beau eu remué ciel et terre pour faire accepter son projet, avait du faire marche arrière et enterrer le projet.

"Cette concertation a largement mobilisé les habitants des territoires concernés. Il y a une forte opposition des citoyens qui se sont exprimés sur ce nouveau mode de transport. Les conditions ne sont donc pas réunies pour réaliser ce projet", avait réagi Bruno Bernard, le président (EELV) de la Métropole de Lyon le 10 mai dernier.


"L'organisation d'une concertation a permis d'ouvrir sur les perspectives (alternatives) et les besoins d'un territoire ainsi que que les attentes des habitants"

Le service communication du Sytral


Interpellé par de nombreux lecteurs, Lyon Capitale a demandé au Sytral de lui communiquer le coût des études de pré-faisabilité et de faisabilité, ainsi que de la concertation, de ce projet de téléphérique entre Lyon et Francheville.

Le budget total s'est élevé à 870 000 euros partagé ainsi : 470 000 euros pour la concertation proprement dite de trois mois et 400 000 euros pour les études de pré-faisabilité et de faisabilité du projet.

Le Sytral a tenu à expliqué l'importance de prendre en compte "le fait que l’organisation d’une concertation ne se limite pas au seul projet étudié mais permet aussi d’ouvrir sur les perspectives(alternatives) et les besoins d’un territoire ainsi que les attentes des habitants. C’est aussi l’occasion de repenser toutes les mobilités des secteurs desservis (restructuration du réseau de surface, requalification des espaces, cheminement piétons et mode doux etc.)." 

----------------------------

Pour aller plus loin : Le grand débat TV du téléphérique Lyon-Francheville organisé par Lyon Capitale

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut