Clotilde Pouzergue, la maire d’Oullins ©ThomasCarrage

Voie lyonnaise n°6 : le coup de sang à contre-temps de la maire d'Oullins contre la Métropole de Lyon

A l'occasion d'un point presse sur le projet de rénovation du quartier de La Saulaie, la maire d'Oullins a attaqué la Métropole de Lyon et sa méthode à propos de la Voie lyonnaise n°6.

Coup de gueule justifié ou posture politicienne ? Ce mercredi alors que la maire d'Oullins, Clotilde Pouzergue, devait présenter les dernières évolutions du projet de rénovation urbaine du quartier de La Saulaie, l'édile LR a décidé de s'en prendre à la Métropole de Lyon et son président Bruno Bernard, quittant la conférence de presse, "très, très en colère".

"Un mépris pour tous les habitants d'Oullins qui se sont exprimés"

La raison : elle aurait découvert dans la presse que l'exécutif écologiste s'apprêtait à expérimenter deux scénarios pour l'aménagement de la Voie lyonnaise n°6, une première depuis le lancement du projet Voies lyonnaises. La Métropole de Lyon souhaiterait faire passer l'axe cyclable par la grande rue d'Oullins, nécessitant son passage à sens unique, cristallisant ainsi depuis plusieurs mois les tensions avec la mairie.

Lire aussi : A Oullins, la ville s'oppose à la métropole sur le tracé de la voie lyonnaise n°6

"La Métropole a posé près de 50 points de comptage (de trafic, Ndlr) sur toute la commune, une fois de plus toujours la même méthode, je ne n'en ai pas été informée. Un courrier a été envoyé aux participants à la concertation, mais il fait fi des 4 500 personnes qui se sont opposées à la mise à sens unique de la Grande rue", a tancé Clotilde Pouzergue, sous le regard déconcerté de Bruno Bernard. L'édile estime que cette décision marque "un mépris pour tous les habitants d'Oullins qui se sont exprimés".

Le plan de la Métropole pour la Voie lyonnaise n°6
Comme l'ont dévoilé nos confrères de Tribune de Lyon ce mardi, la Métropole de Lyon va donc pour la première fois mener une expérimentation en conditions réelles pour trancher entre deux scénarios. Le sien, un passage à sens unique Nord-Sud de la Grande rue d’Oullins et la rue de La Camille, dans le sens montant, du pont d’Oullins à Saint-Genis-Laval. Accompagné d'une voie bus-vélo, l'exécutif ayant renoncé à une véritable Voie lyonnaise. Celui de la mairie qui laisserait la Grande Rue à double-sens, en reportant le trafic vélo vers les rues voisines, en partage de la voirie avec les voitures. La décision d’ un aménagement définitif devrait être prise au plus tôt à la rentrée de septembre 2024.

Pourtant en mai dernier lors d'une réunion publique, Clotilde Pouzergue avait elle-même suggéré de "se donner un an afin de mesurer les baisses de trafic et bien estimer les conséquences de ce dans quoi nous nous engageons". Comme souvent avec les Voies lyonnaises, l'opposition s'oppose coûte que coûte à la "méthode" employée, y compris lorsqu'elle a pourtant été entendue.

De son côté, Jean-Charles Kohlhaas assure que "la mairie a été informée dès vendredi par courrier", et confirme avoir reçu un accusé de réception. "C'est exactement ce qu'elle voulait dès le départ", poursuit le vice-président en charge des déplacements et de l'intermodalité. Bruno Bernard a succinctement répondu à des déclaration qu'il a jugé "pas très républicaine(s)". Le président écologiste note que "plus de personnes se sont exprimées en faveur de la solution de la Métropole que celle de la Ville", jugeant qu'"expérimenter deux solution est une façon de faire qui est la bonne".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut