Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités et des espaces publics, est l’invité de l’émission 6 minutes chrono sur Lyon Capitale

(Vidéo) Réinventer la rive droite du Rhône à Lyon : "un espace complètement sacrifié à la voiture", estime Valentin Lungenstrass

Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités et des espaces publics, est l'invité de la quotidienne de Lyon Capitale, 6 minutes chrono. La Métropole de Lyon et la ville de Lyon ont lancé une grande concertation, jusqu'au 30 décembre, sur le réaménagement de la rive droite du Rhône, un espace de 2,5km complètement occupé par les voitures. Objectif : "se réapproprier cet espace public", explique l'élu lyonnais. Interview.

Après le grand aménagement des Berges du Rhône, à Lyon, où désormais bars, restaurants, péniches, promeneurs, marcheurs, fêtards pullulent tout au long de l'année, se pose la question de l'autre rive. De l'autre côté du Rhône. Le long de l'Hôtel-Dieu notamment. Comment réaménager cette rive droite du Rhône pour la rendre plus attractive, plus accueillante, plus apaisée ? La Métropole de Lyon et la ville de Lyon ont lancé une grande concertation pour réinventer les 2,5km de voirie entre le pont De Lattre de Tassigny, au nord, au niveau du tunnel de la Croix-Rousse, et le pont Galliéni, au sud, au niveau de Perrache.


"A des endroits, on a 10 voies, parfois 14, dédiées à la voiture. C'est une autoroute urbaine, un espace complètement sacrifié à la voiture"

Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon


"A des endroits, on a 10 voies, voir parfois 14 voies (avec les espaces de stationnement) dédiées à la voiture, c'est une autoroute urbaine, un espace complètement sacrifié à la voiture", regrette Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon en charge des mobilités et des espaces publics.

"On a lancé une concertation pour définir collectivement ce qu'on veut pour cet espace-là, pour ce grand projet de requalification de 2,5km L'objectif, c'est de retrouver l'espace public, de pouvoir se réapproprier cet espace public en faveur des habitants, de recréer un lien avec le Rhône", martèle Valentin Lungenstrass. "Il y a un enjeu de retrouver des espaces de promenades, un accès au fleuve, comme on l'a sur les berges du Rhône, qui est devenu un lieu de destination et pas juste de flux", ajoute l'adjoint au maire de Lyon. Lyon veut reconquérir ses deux rives.

"Recréer un lien avec le fleuve, avec le Rhône"

Différentes questions sont sur la table lors de la concertation, ouverte jusqu'au 30 décembre. Quels nouveaux usages ? Quelles organisations des mobilités ? Comment faire des ponts des espaces publics, et pas seulement des franchissements du fleuve ? Par exemple, laLa trémie devant l'Hôtel-Dieu, Bellecour et la place Antonin-Poncet va vraisemblablement "sauter". "Devant l'Hôtel-Dieu et la place Antonin-Poncet, on a un vrai enjeu patrimonial. La trémie gâche cet aspect", poursuit Lungenstrass. La Métropole de Lyon explique clairement que cette trémie "ce n'est plus ce qu'il faut faire". "L'objectif c'est de donner de la vision, de se projeter collectivement dans les usages", poursuit Lungenstrass.

Pour donner votre avis, rendez-vous ici

La fameuse trémie de "Bellecour" devrait sauter. @MetropoledeLyon/ ALPACA

Les premiers travaux espérés en 2025, un budget total de 100M d'euros

A quelle échéance les premiers contours de ce réaménagement pourraient être visibles ? "Dans la mandature (d'ici 2026), des premières réalisations pourront voir le jour. Sur les 2,5km, sur une requalification aussi importante, ça prendra un peu plus de temps (pour le reste des 2,5km). Un budget d'environ 100M d'euros est annoncé pour le projet, dont une trentaine d'ici 2026. Les premiers travaux sont espérés en 2025.

En parallèle, ce projet de réaménagement de la rive droite s'inscrit aux côtés de celui de l'apaisement et de la piétonisation de la Presqu'île. "Le projet d'apaisement de la Presqu'île pourra commencer en 2022", conclut Valentin Lungenstrass, qui avait plus longuement évoqué le sujet de la piétonisation de Lyon pour Lyon Capitale au mois d'octobre.

Lire aussi : Une partie du cours Charlemagne piétonnisée : Quid désormais du reste de la Presqu'île, et à Lyon ? Décryptage

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut