©Justine Komé / Betty Tchomanga

Danse aux Subs : Betty Tchomanga, les mémoires du corps

Formée notamment au Centre national de danse contemporaine d’Angers (CNDC), née en 1989 d’un père camerounais et d’une mère française, Betty Tchomanga est une jeune artiste qui vient à Lyon pour la première fois.

Danseuse et chorégraphe, elle développe une puissance performative marquée par sa rencontre avec Marlene Monteiro Freitas (découverte avec l’impressionnant Mal lors de la dernière Biennale de la danse) où le détail et la musicalité tiennent une place importante.

Activer, par le geste, les mémoires du corps

Questions écologiques et passé colonial sont au cœur de sa nouvelle création Leçons de Ténèbres qui constitue un quatuor charnel et hypnotique. Ce travail puise dans Une Écologie décoloniale, un essai du docteur en sciences politiques Malcom Ferdinand, qui propose une nouvelle façon d’aborder la question écologique en la reliant à l’histoire coloniale.

La figure du navire négrier apparaît comme une métaphore politique, le récit d’une autre histoire du monde et de la terre où sont possibles la rencontre et la circulation des croyances, des pensées et des imaginaires.

Se référant aux Leçons de ténèbres – polyphonies vocales reprenant des extraits des Lamentations de Jérémie, qui pleure la destruction de Jérusalem –, l’artiste évoque les destructions du monde et de la terre, cherchant à faire surgir des ténèbres, de ces corps réceptacles, des images et des récits d’histoires cachées qui, rendus visibles, produisent métamorphoses et naissance d’un autre monde.


Leçons de Ténèbres – Betty Tchomanga – Les 20 et 21 octobre aux Subsistances, Lyon 1er – www.les-subs.com


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut