@ Günther Krings

Danse : Pina Bausch au ballet de l’Opéra de Lyon

Le ballet de l’Opéra de Lyon termine sa saison en beauté avec l’entrée au répertoire d’une pièce de Pina Bausch. Un rendez-vous chorégraphique intense !

Créée en 1984 dans la continuité de ses autres grandes pièces (Nelken, Café Müller, Kontakthof…), Sur la montagne, on entendit un hurlement de Pina Bausch est une œuvre sombre et vibrante qui invite vingt-quatre danseurs au plateau, mettant en jeu la complexité et la cruauté des relations humaines que les femmes subissent en premier lieu.

Le décor, signé Peter Pabst, fidèle collaborateur de la chorégraphe, est constitué d’une terre brune, épaisse et poisseuse à l’odeur prégnante, recouvrant entièrement le plateau.


Une effroyable et magnifique fresque de la condition humaine


Sur une musique qui mêle ritournelles classiques, airs baroques, notes de jazz ou chansons de Boris Vian, Pina Bausch met en scène des individus abandonnés à eux-mêmes, dans des confrontations tumultueuses. Ils se pourchassent, s’attrapent, fuient ce lieu devenu champ de batailles et annonciateur d’un cataclysme, pour y revenir tenaillés par une sorte de désespoir, cherchant au-delà de la relation homme/femme, le sens de la vie et du collectif. On se souvient de 31 rue Vandenbranden de la compagnie belge Peeping Tom, interprétée par le ballet de l’Opéra de Lyon lors de la Biennale de la danse 2018 et rentrée au répertoire.

Propulsés dans une effroyable et magnifique fresque de la condition humaine, les danseurs démontraient une grande maturité artistique, s’emparant avec force de l’univers étrange et chaotique de la pièce. On espère retrouver ici une interprétation tout aussi bouleversante… sur les pas de Pina Bausch !


Sur la montagne, on entendit un hurlement de Pina Bausch – Du 28 juin au 7 juillet – Ballet de l’Opéra de Lyon – www.opera-lyon.com


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut