© Filipe Fereira

"Chœur des amants" de Tiago Rodrigues aux Célestins : l’amour d’une seule et même voix

Aux Célestins, le metteur en scène portugais Tiago Rodrigues, futur directeur du festival d’Avignon, propose un récit, en stéréo, teinté d’une immense émotion. Un texte sensible sur la relation de couple, porté par deux comédiens exceptionnels.

Entre ce que nous avons en commun, ce qui diffère ou ce nous oppose, l’aspiration à fusionner dans un couple ressemble parfois à une chimère.

Ici, c’est pourtant le désir de raconter d’une même voix leur amour qui l’emporte. Dans Chœur des amants, une femme et un homme nous retracent leur histoire. Un récit de leur quotidien, de leurs habitudes et de leurs états d’âmes, où les paroles se superposent à l’identique dans un flot continu.

Même texte, même tonalité, même rythme. Ou presque. Car dans ce désir ardent de fusion, des dissonances parviennent à se glisser entre les mots. Quelques couacs mineurs - elle rêve d’un jardin, lui préfère un balcon, il oublie de se lever la nuit pour leur bébé, pensant que c’était son tour à elle - rien de bien grave. Mais être sur la même longueur d’ondes en permanence n’est pas toujours simple.


Musicalité des textes


Surtout lorsque les accidents de la vie surviennent brutalement. Elle est hospitalisée en urgence et on suit cette course contre la montre à travers ses mots à lui, qu’il raconte d’un souffle. Ce même souffle qui lui manque, à elle, mais qui sera retrouvé après une nuit de combat contre la mort.

Cette prise de conscience de l’urgence de vivre va paradoxalement leur donner du répit. "On a le temps". Tel un mantra récité en chœur, ils vont alors accepter de réaliser leurs rêves. Tout plaquer, s’offrir un safari en Afrique, vivre dans une forêt puis s’aimer indéfiniment…

Dans cette reprise d’une pièce écrite il y a déjà 15 ans, le metteur en scène Tiago Rodrigues, livre les prémices d’un travail théâtral singulier. La musicalité des textes, la liberté de jeu et de mouvements ou l’art de brouiller les pistes entre théâtre et réalité se répondent avec brio dans ce spectacle poignant, porté par des comédiens exceptionnels.

Là où le texte parvient à donner une âme aux mots, le sourire tendre de David Geselson ou les yeux embrumés d’Alma Palacios – solaire –  deviennent le miroir de notre propre désir. Celui d’un amour absolu qui parviendrait à surmonter le temps.


Chœur des amants – Jusqu'au 14 avril aux Célestins


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut