L’Assemblée nationale le 19 juillet 2022. (Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP)

Soutien au pouvoir d’achat : comment ont voté les députés de Lyon et du Rhône ?  

Dans la nuit du 26 au 27 juillet, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le 2e volet des mesures en soutien au pouvoir d'achat, dans le cadre du projet de budget rectifié pour 2022. Celui-ci contient, la remise carburant, la renationalisation d’EDF et la suppression de la redevance audiovisuelle…

Une semaine après avoir validé le premier volet du projet de loi pour la protection du pouvoir d’achat en première lecture, visant à atténuer les effets de l'inflation et de la crise énergétique, les député ont adopté dans dans la nuit du 26 au 27 juillet le 2e volet ds mesures de soutien au pouvoir d’achat. Comme cela avait déjà été le cas dans la nuit du 22 au 23 juillet, les débats ont été animés autour du texte finalement adopté par 293 voix contre 146, et 17 abstentions. 

Remise carburant, renationalisation d'EDF...

Les députés Les Républicains se sont en grande partie rassemblés derrière la majorité relative du président de la République en soutenant le texte, en revanche, les députés du Rassemblement national n'ont pas pris part au vote. Ils ont quitté l'hémicycle en protestation contre la manière dont l'Assemblée est revenue sur une revalorisation des pensions supplémentaire de 500 millions d'euros pour les pensions de retraite approuvée quelques heures plus tôt. 

De son côté, la gauche n'a pas voulu soutenir un texte "co-construit avec la droite" et dont "l'égalité et la justice sociale sont les grandes absentes", selon des propos d'un porte-parole des députés PS, Arthur Delaporte, rapportés par l'AFP.

Le projet de budget rectifié ouvre 44 milliards d'euros de crédits, dont 9,7 rien que pour financer la renationalisation à 100% d'EDF. Il acte aussi la poursuite du bouclier tarifaire sur l'énergie et de la remise carburant à 30 centimes le litre en septembre-octobre puis 10 en novembre-décembre, la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires, et encore la suppression de la redevance audiovisuelle. 

Qu'ont voté les députés de Lyon et du Rhône ?

7 POUR : Thomas Rudigoz et Anne Brugnera députés macronistes de Lyon, ont voté pour, comme les députés macronistes du Rhône Jean-Luc Fugit, Sarah Tanzili, Thomas Gassilloud.

A droite, les députés LR du Rhône Alexandre Vincendet, Nathalie Serre et Alexandre Portier ont aussi voté pour.

4 CONTRE : A gauche, les deux députés écologistes de Lyon, Marie-Charlotte Garin et Hubert Julien-Laferrière, ont tous les deux voté contre. Comme le député insoumis de Villeurbanne, Gabriel Amard, et le député insoumis de Vénissieux, Idir Boumertit.

La majorité relative mise à mal ces derniers jours

Le vote sur ce texte structurant pour les finances publiques a été beaucoup moins large que celui il y a cinq jours sur le premier volet, qui avait débloqué 20 milliards d'euros en soutien au pouvoir d'achat, face à l'inflation galopante. Il comprenait lui les revalorisations des pensions et prestations sociales, la hausse du plafond de la "prime Macron" et encore la déconjugalisation de l'allocation adultes handicapés. 

Lundi, les députés ont aussi approuvé de débloquer 230 millions d'euros pour les foyers se chauffant au fioul contre l'avis de l'exécutif, qui privilégiait lui une aide de 50 millions d'euros. Deux jours avant le gouvernement avait aussi essuyé un échec lorsque l’Assemblée avait décidé d'allouer 120 millions aux départements qui versent le RSA en 2022, pour compenser intégralement la hausse de 4% de cette prestation programmée par l'Etat. La mesure avait été obtenue par la conjonction des votes favorables de la gauche, du RN, des LR mais aussi des députés du groupe Horizons, membres de la majorité relative.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut