Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes ©Antoine Merlet

Présidentielle : pour "réparer la France", dès 2022, Laurent Wauquiez se donne trois priorités

Dans une interview fleuve, publiée hier dans le Figaro, le président LR de la Région-Auvergne-Rhône-Alpes s’est longuement confié sur sa vision de la France, donnant également ses trois priorités pour la "réparer". Pour Laurent Wauquiez, dont la candidature à la présidentielle doit encore être officialisée, la victoire de la droite en 2022 passera par trois axes : le travail, l’argent public et l’immigration. 

L’officialisation de la candidature de Laurent Wauquiez (LR) pour l’élection présidentielle de 2022 se fait toujours attendre, mais le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes continue de laisser transparaître ses ambitions. Jeudi 29 juillet, l’ancien président Les Républicains s’est longuement confié dans une interview fleuve accordée au Figaro, dans laquelle il distille ce qui pourrait s’apparenter aux grands axes d’un futur programme présidentiel. 

Lire aussi : Régionales à Lyon : Laurent Wauquiez renoue avec son destin national

Favorable à une primaire de la droite, l’élu LR affirme une nouvelle fois faire "le choix du collectif", pour permettre à la droite de l’emporter en 2022, après l’officialisation des candidatures de Xavier Bertrand et Valérie Pécresse à la présidentielle. Dans une lettre ouverte publiée début juillet dans le Figaro, Laurent Wauquiez aux côtés notamment de Valérie Pécresse, qui n’avait pas encore dévoilé sa candidature, déclarait notamment qu’une primaire "donnera force et légitimité au vainqueur et à l'équipe de France qui devra se rassembler autour de lui". 

"Arrêter le déclin"

Selon le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui figure parmi les cinq candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle, "On [la France, Ndlr] est entré depuis un certain nombre d’années dans une période où l’on descend les marches de l’escalier du déclin". Dans des propos rapportés par le Figaro, Laurent Wauquiez s’interroge donc sur "comment réparer la France ? Comment faire en sorte que la France reste la France, qu’elle retrouve son énergie et sa vitalité".

Sur Twitter, il affirmait vendredi 30 juillet "ce qui est au cœur de mon engagement, c’est la conviction qu’il n’y a jamais de fatalité, qu’on peut toujours arrêter le déclin et que le génie français c’est, même au cœur des périodes les plus sombres, d’être capable d’aller chercher l’espoir".

Travail, argent public et immigration

Pour lui, cela passera par "trois priorités fondamentales", détaillées à nos confrères du Figaro, qui devront conduire la droite à la fonction présidentielle à l’issue du scrutin prévu les 10 et 24 avril 2022 :

- Le travail : "C’est la valeur cardinale d’un pays. Il faut le revaloriser. Je me bats depuis des années, j’ai été attaqué pour avoir dénoncé le « cancer » de l’assistanat, je n’ai jamais lâché sur ce sujet. C’est le mal central de notre pays. Pour le corriger, il faut plus de liberté à l’intérieur de notre pays et plus de protection à l’extérieur."

- L’argent public : "Il n’y a pas d’argent magique, encore moins de « quoi qu’il en coûte ». […] Il ne peut y avoir de baisse de la fiscalité sans baisse de la dépense publique."

-  L’immigration : "L’issue est très claire : il faut arrêter l’immigration le temps d’assimiler ceux qui sont chez nous. Si l’on continue à accueillir chaque année des records de réfugiés, d’immigration clandestine, sans réagir, il sera impossible d’intégrer."

À la peine dans les sondages

Malgré ses ambitions présidentielles de plus en plus affirmées, Laurent Wauquiez est toujours à la peine dans les sondages pour l'élection présidentielle, en 2022. Début juillet, d'après une enquête Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes était crédité de 13 % des voix au 1er tour, en légère progression, mais toujours loin derrière Emmanuel Macron (28 %) et Marine Le Pen (26 %).

Laurent Wauquiez ferait moins bien que Xavier Bertrand. Ce dernier était lui testé à 18 %, derrière Le Pen (26 %) et Macron (24 %). Valérie Pécresse était quant à elle testée à 14 %, derrière Le Pen (26 %) et Macron (26 %).

Lire aussi :Présidentielle : le président LR de la région, Laurent Wauquiez, veut une primaire à droite

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut