160 cigarettes ramassées à la minute
©DR

Plus de 300 espaces sans tabac créés aux abords des écoles et crèches à Lyon

Cigarette, vapoteuse ou autres dérivés du tabac sont désormais interdits devant tous les groupes scolaires et les crèches de la Ville de Lyon. Le but, créer une "génération sans tabac". Des sanctions ne sont toutefois pas à l’ordre du jour. 

La Ville de Lyon poursuit ses actions afin de façonner sa "ville des enfants", un projet fort porté par le maire Gregory Doucet depuis son arrivée à la mairie. Après la création des "rues des enfants", la majorité écologiste pousse le curseur un peu plus loin en prenant un arrêté interdisant la consommation de tabac aux abords des crèches et des groupes scolaires. Au total, 350 établissements sont concernés à travers la Ville. 

"Faire une génération sans tabac"

"L’objectif est de faire une génération sans tabac, que les jeunes qui auront 20 ans en 2030 puissent vivre sans tabac. Depuis 2015 il n’y a pas eu d’évolution législative, aujourd’hui il faut aller plus loin et les villes ont leur rôle à jouer", fait valoir Céline de Laurens, l’adjointe au maire déléguée à la Santé et à la prévention, tout en soulignant qu'actuellement 26% des jeunes d’Auvergne-Rhône-Alpes fument. 


"Les enfants fonctionnent beaucoup par mimétisme, donc il s’agit de ne pas leur montrer de mauvaises habitudes", Tristan Debray, conseiller délégué à la ville des enfants


Près de 10 ans après la création du premier espace sans tabac du Rhône sur la plage des Sapins, en 2013, le nombre de zones où la cigarette est interdite va donc passer de 103 à plus de 450 à la suite de l’arrêté pris par la Ville de Lyon. Le but étant de "dénormaliser l’usage du tabac chez les enfants", souligne la vice-présidente de la Ligue contre le cancer Marie-Odile Baume. "Les enfants fonctionnent beaucoup par mimétisme, donc il s’agit de ne pas leur montrer de mauvaises habitudes", ajoute Tristan Debray, le conseiller délégué à la ville des enfants pour rappeler, s'il était besoin, la nécessité de cette mesure.

Des panneaux seront installés début 2023 devant les écoles pour informer les Lyonnais de la mesure. (Photo Hadrien Jame)

En vigueur dès ce lundi, l’interdiction concerne la cigarette et ses dérivés, autrement dit la cigarette électronique également. Des panneaux verts signalant l’interdiction seront installés aux abords des écoles à partir de début 2023 et l’arrêté sera placardé dans les tableaux d’affichage situés devant les écoles.

Pas de sanctions prévues

Une mesure qui tiendra plus de la pédagogie que du contrôle, des sanctions n’étant pas prévues pour pénaliser les contrevenants, ce que la mairie assume. "On est là pour faire reculer le tabac et créer une nouvelle norme, pas pour faire du chiffre. Nos policiers ont autre chose à faire que d’aller chasser des fumeurs", reconnaît Céline de Laurens. L’élue écologiste compte surtout sur les parents, fumeurs ou non, pour prendre leur part en faisant de la pédagogie auprès des personnes qui fumeraient à moins de 50 m des établissements.


"C’est un minimum de conscience à avoir, même ceux qui fument doivent être d’accord. Il y a encore beaucoup de parents qui fument devant l’école", Asmaa, une maman fumeuse


Ce qui peut déjà laisser craindre quelques situations tendues, même si selon Sandrine Estragnat, la responsable prévention de la Ligue contre le cancer, "les études montrent que l’accueil du public est très positif" concernant cette mesure. En atteste le témoignage d’une jeune maman que nous avons recueilli devant l’école Pierre Corneille dans le 3e arrondissement. Fumeuse, Asmaa assure être complètement d’accord avec la création de cette zone sans tabac. "Devant les écoles c’est tout à fait normal. C’est un minimum de conscience à avoir, même ceux qui fument doivent être d’accord. Il y a encore beaucoup de parents qui fument devant l’école, parfois même devant la porte, sur les marches à la sortie des enfants", explique cette habitante accompagnée de son fils. 

Pour créer une génération sans tabac, la municipalité n’écarte pas désormais de travailler avec la Métropole de Lyon et la Région pour généraliser la mesure devant les collèges et les lycées, "on ne se l’interdît pas", confie Céline de Laurens. En revanche une généralisation au niveau de la ville semble exclue, "c’est un peu compliqué, admet l’élue, mais multiplier les zones sans tabac notamment à proximité des enfants, le pari est faisable".

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut