Pont de Vernaison

Métropole de Lyon : le pont de Vernaison doit rouvrir à double-sens en octobre

Ouvert aux véhicules uniquement à sens unique depuis le 23 juin, en raison de la fragilité de l’ouvrage, le pont de Vernaison, au sud de la Métropole de Lyon, devrait repasser à double-sens au début du mois d’octobre. 

Emprunté quotidiennement par "13 000 véhicules", selon la Métropole de Lyon, le pont de Vernaison était passé à sens unique, dans le sens Vernaison-Solaize le 23 juin dernier. Une décision prise pour des raisons de sécurité, afin de préserver l’ouvrage fragilisé et de "soulager la charge supportée par la suspension métallique du pont avant les chaleurs estivales, auxquelles elle est sensible", expliquait alors le Grand Lyon. 

Ce lundi 20 septembre, la collectivité dévoile que le pont devrait rouvrir aux véhicules légers dans les deux sens de circulation au début du mois d'octobre. Une annonce qui intervient après quelques travaux réalisés au cours de l’été et au vu de l’analyse "plutôt positive" des données fournies par les capteurs posés sur l’ouvrage pour en surveiller sa fiabilité et sa résistance. À la fin du mois, la livraison d’un rapport d’expertise, sur le comportement de la structure pendant l’été, doit "venir confirmer la possibilité d’une remise en circulation à double-sens du pont".

Un "pont de secours" avant un nouvel ouvrage pérenne

Entrée en vigueur en mars 2020, l’interdiction des poids lourds sur le pont restera d’actualité, alors que des tests sont en cours afin d’installer un feu de rétention sur l’île de la Table Ronde, que traverse le pont. Synchronisé avec le signal du passage à niveau, le feu "permettra, lorsque le passage à niveau est fermé, d’éviter les remontées de file de véhicules sur le pont dans le sens Solaize-Vernaison et donc de soulager le pont de la charge statique associée"

En parallèle un "pont de secours" doit voir le jour, mi-2023, à proximité de l’ouvrage vétuste. Une solution "de loin préférable à un chantier de réparation d’ampleur du pont qui nécessiterait des fréquences et des durées de fermetures de l’ouvrage importantes", justifie la collectivité. Consciente de l’importance de la structure, qui traverse le Rhône, la Métropole n’a pas écarté l’idée de construite un pont plus pérenne. À cet égard, un comité de pilotage doit se réunir fin octobre afin de "définir de premières orientations en fonction d’une analyse d’ensemble des mobilités dans le corridor Saint Étienne-Lyon".

Un passage à sens unique critiqué par les maires

Gageons que l’annonce de la reprise de la circulation à double-sens sur le pont devrait réjouir les habitants des communes qu’il permet de desservir, d’autant plus qu’à l’époque son passage à sens unique avait suscité de vives critiques de la part des maires de Vernaison, Grigny, Millery, Irigny, Solaize, Charly ou encore Vourles. 

Au mois d’avril, le maire de Vernaison, Julien Vuillemard, estimait ainsi que cette décision ne prenait "pas en compte la réalité du terrain". Selon l’élu, le passage à sens-unique du pont "impose un détour de plus de 15km vers Pierre-Bénite ou Givors pour 6 000-7000 véhicules. Elle augmenterait le trafic sur les axes structurants de nos villes, déjà largement victimes d'embouteillages aux heures de pointe".

À l'époque, Lyon Capitale avait consacré plusieurs articles à ce sujet :

Retrouvez aussi notre enquête sur la situation des ponts dans la métropole de Lyon :

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut