Miviludes

Dérives sectaires : le rapport annuel de la Miviludes est tombé, quel impact dans le Rhône ?

Après la crise Covid, le nombre de saisines de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires atteint un chiffre historique.

En 2021, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a reçu 4 020 sollicitations. Une hausse record de +33% depuis le rapport de 2020, et +86% en comparaison à 2015.

Parmi ces saisines, 13 ont fait l’objet d’une réquisition afin d’être examinées par la justice. Selon le rapport, "il est indéniable que la crise engendrée par la COVID-19 a déstabilisé de nombreuses personnes en perte de repères dans une société complexe." Pour rappel, en France, les dérives sectaires touchent plus de 140 000 personnes dont 90 000 enfants selon le Centre contre les manipulations mentales.

Gourous 2.0

Internet a aussi sa part de responsabilité : gourous et autres charlatans de tous les genres y prolifèrent. Le rapport parle même de "gourous 2.0". Mais les sectes religieuses ne sont pas les seules visées, beaucoup d’organismes de médecines alternatives, de bien-être ou de pratiques sportives se cachent derrière un statut associatif pour manipuler les plus crédules.

Selon la Miviludes, le complotisme est bien représenté depuis la crise sanitaire et le survivalisme (communauté qui se prépare à survivre à une hypothétique catastrophe mondiale ou locale, NdlR) peuvent s’apparenter à des "notions voisines aux dérives sectaires."

Les dérives sectaires dans le Rhône

Dans le Rhône, peu d’action en justice sont menées. Le responsable régional du Centre contre les manipulations mentales explique pour Lyon Capitale  que "la majorité des appels concernent les églises évangéliques et les mouvements santé bien-être. Dans ce cadre, il est difficile de monter des dossiers." La grande problématique reste l’opacité et l’omerta qui règne au sein de ces organisations. Le responsable Auvergne Rhône-Alpes lui-même souhaite garder l’anonymat pour "ne pas avoir de problèmes judiciaires, certaines sectes ont de très bons avocats et ont le procès facile."


"La majorité des appels concernent les églises évangéliques ainsi que les mouvements santé bien-être."
Le responsable Auvergne-Rhône-Alpes du Centre contre les manipulations mentales à Lyon Capitale


Plusieurs organismes font l’objet d’une surveillance de la Miviludes dans le Rhône. Cela va des églises de scientologie aux écoles alternatives. Par ailleurs, selon Le Progrès, le site Doctolib va déréférencer une centaine de praticiens "bien-être" exerçant au sein du département.

Joint par Lyon Capitale, le responsable régional du CCMM détaille que "les appels que nous recevons dans la région concernent en grande majorité les églises évangéliques ainsi que les mouvements santé et bien-être".

Statistiquement, 1 Français sur 5 connaît quelqu’un victime d’une dérive sectaire. Pour signaler un comportement dangereux ou douteux la Miviludes a mis en place une plateforme en ligne. Des associations comme l’UNADFI et le CCMM sont aussi disponibles en région.

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut