Ds gens se baignent dans une piscine publique
Piscine Jean Bron @Ville de Grenoble

Burkini : le maire de Grenoble fait appel, Gerald Darmanin demande des excuses

Après la suspension par le tribunal administratif de Grenoble de l'autorisation du port du burkini dans les piscines publiques de la ville, le maire de Grenoble annonce faire appel. Gérald Darmanin, lui, demande des excuses.

Pas de burkini dans les piscines publiques de Grenoble. Le verdict est tombé, hier, mercredi 25 mai. Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu la disposition du conseil municipal écologiste qui autorisait le port du burkini dans les piscines publiques de la ville.

Mais, pour Eric Piolle, le maire de Grenoble, la décision ne passe pas. Il a annoncé hier soir sur Twitter que la ville allait faire appel de la décision de suspension devant le conseil d'Etat.

" Le tribunal administratif retient que le maire de Grenoble, avec cette décision autorisant le "burkini" dans les piscines municipales, a porté une atteinte grave à la laïcité ", a exprimé hier soir Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, dans un tweet.

Pour lui : " Des excuses s'imposent ". Un peu plus tôt dans la journée, le ministre de l'Intérieur se réjouissait de la décision du tribunal administratif de suspendre l'autorisation du burkini dans les piscines publiques. Il annonçait que la nouvelle était " excellente " et possible " grâce aux outils de la loi séparatisme voulue par Emmanuel Macron ".

Pour l'heure, Eric Piolle ne s'est pas excusé auprès du ministre de l'Intérieur et n'a pas réagi au Tweet de Gérald Darmanin.

Lire aussi : La justice suspend le port du burkini dans les piscines de Grenoble

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut