Arkéma

Pierre-Bénite : deux arrêtés préfectoraux pour contrôler la pollution aux perfluorés

Le préfet du Rhône prend deux arrêtés pour contrôler la pollution aux perfluorés en renforçant la surveillance d'Arkema et Daikin, à Pierre-Bénite.

Des "polluants éternels" dans l'eau de Pierre-Bénite, une nouvelle qui inquiète et fait craindre un risque de contamination pour les habitants du sud de Lyon. La présence de ces PFAS (substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées) à proximité des sites industriels Arkema et Daikin a été révélée le 12 mai dernier, suite à une enquête journalistique de France Télévisions.

Deux arrêtés pour renforcer les contrôles

Pour lutter contre cette pollution aux perfluorés, le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a annoncé hier dans un communiqué prendre deux arrêtés pour renforcer les contrôles des sites Arkema et Daikin à Pierre-Bénite. Le 20 mai dernier, à la suite d’une procédure contradictoire réalisée dans des délais accélérés, deux arrêtés ont été signés. Ils prescrivant une surveillance renforcée des PFAS dans les process des usines Arkema et Daikin, ainsi qu'un contrôle de leurs rejets liquides. Les bilans seront transmis périodiquement à l’inspection des installations classées pour permettre d’objectiver la situation.

Des contrôles inopinés des eaux

La DREAL et des laboratoires agréés ont réalisé des contrôles des eaux du Rhône et des rejets de la plateforme industrielle de Pierre-Bénite. Plusieurs contrôles inopinés des points de rejets d'Arkema et Daikin ont pris place ces dernières semaines. Un contrôle des eaux du Rhône et du canal usinier a également été réalisé le 5 mai dernier.

Les PFAS, des composés pas encore réglementés

Pour l'heure, les PFAS ne sont pas recherchés dans le cadre du contrôle sanitaire mis en œuvre par l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes. La raison : ces composés n’y sont pas encore réglementés. La directive européenne qui concerne la qualité des eaux de consommation est en cours de transposition en droit français. Les PFAS devront être intégrés dans les analyses sanitaires de l’eau de consommation d’ici 2026.

Surveillance des champs captants d'ici l'été 2022

Sans attendre cette évolution et en application du principe de précaution, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes va mettre en œuvre une surveillance des PFAS dans l’eau brute, traitée et distribuée, d’ici l’été 2022, pour l’eau d’alimentation issue des champs captants de Grigny et Ternay.

Aucune restriction de consommation

L'ARS n'impose aucune restriction sur la consommation de l'eau d'alimentation à ce stade. Une page internet de référence a été ouverte sur différents sites. Les résultats des investigations menées par les services de l'Etat ainsi que les recommandations sanitaires y seront publiés.

Lire aussi : Lyon : des "polluants éternels" découverts à Pierre-Bénite, que se passe-t-il ?

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut