Les frères et la mère d’Axelle Dorier entrent dans le palais de Justice. Photo : Nathan Chaize

Au premier jour du procès de l'affaire Axelle Dorier à Lyon, la famille fait "bloc"

Le procès de l'affaire Axelle Dorier s'est ouvert ce mardi 17 janvier. Ce matin le rappel des faits a été effectué et les accusés ont réaffirmé leur version.

L'ambiance était lourde ce mardi 17 janvier aux abords du palais des 24 colonnes à Lyon, alors que le procès de l'affaire Axelle Dorier s'ouvrait. La famille de la jeune aide-soignante de 22 ans renversée mortellement le 18 juillet 2020 a monté lentement les marches du palais, portrait d'Axelle brandi par sa maman.

En silence, "ils font blocs. Ils ne sont pas en capacité de formuler une onde de phrase tant la peine est lourde", a expliqué avant le début du procès, l'avocat de la famille, Me Versini.

"Absence de panique"

L'avocat du principal accusé, Me David Metaxas est arrivé sans prendre la lumière, quelques minutes seulement avant le début de l'audience. Son client, Youcef Tebbal, chemise blanche et cheveux longs attachés, a quant à lui rejoint son box, entouré de deux policiers, étant par ailleurs détenu à la maison d'arrêt de Corbas.

Après avoir procédé à l'appel des jurés dont plusieurs ont été récusés par la défense, la cour a procédé au rappel des faits. Le président de la cour a notamment rappelé le contexte tendu de la première altercation : "le véhicule des quatre filles ayant renversé le chien a été attaqué et la lunette arrière brisée."

"J'ai eu peur"

Youcef Tebbal a écouté attentivement sans laisser paraître d'émotion, discipliné. Le co-accusé, Mohamed-Amine Yelloule était quant à lui tête dans les mains, le visage marqué, presque agacé. Le président de la cour a rappelé que la reconstitution avait permis d'établir l'absence de panique de Youcef Tebbal lors de sa fuite, "j'ai eu peur, je ne l'ai pas vue" a-t-il de son côté assuré.

Ce mardi après-midi, la cour va procéder à l'examen de la personnalité et du parcours de Youcef Tebbal. Les parents de Youcef Tebbal s'exprimeront et des témoins seront aussi appelés à la barre.

Le verdict du procès est attendu vendredi après-midi, Youcef Tebbal encourt jusqu'à 20 ans de prison. Le co-accusé pourrait être condamné à cinq ans de prison pour non-assistance à personne en danger.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut