Me Versini, avocat de la famille Dorier. Me Metaxas, avocat de Youcef Tebbal. Crédits : Lyon Capitale

Procès de l'affaire Axelle Dorier : l'épilogue d'un drame national

Axelle Dorier avait été renversée puis traînée sur 800 mètres. Le conducteur du véhicule comparaîtra aux assises de Lyon du 17 au 20 janvier.

Le récit avait choqué les Lyonnais. Le soir du 18 juillet 2020, Axelle Dorier fête son 22e anniversaire avec ses frères jumeaux et des amis, sur les hauteurs de la colline de Fourvière.

Ce soir là, Youcef Tebbal, 24 ans, et son cousin Mohamed-Amine Yelloule, 22 ans, ont rendez-vous avec deux filles à quelques pas du parc des Hauteurs. Les deux hommes sont dans une Golf GTI noire, les deux filles, dans une Twingo. L'aide-soignante elle, profite d'une soirée estivale, avant que les évènements ne prennent une tournure dramatique, aux alentours de 4 h du matin.

Un chien renversé, une altercation, la soirée vire au drame

Alors qu'elle décide de quitter les lieux, la conductrice de la Twingo heurte le chien d'un ami de l'uns des frères d'Axelle. Une altercation éclate, les amis d'Axelle appellent la police et encerclent la Twingo et la Golf GTI pour les empêcher de partir.

Youcef Tebbal, sans permis pour la deuxième fois, après avoir perdu tous ses points, panique et tente de fuir. Axelle se met alors face au véhicule de Youcef pour qu'il s'arrête.

Elle sera renversée une première fois, avant de se relever, puis d'être de nouveau percutée. Elle ne se relèvera jamais de ce second choc, prisonnière du châssis de la Golf. 807 mètres, plus tard le corps d'Axelle sera retrouvé devant le théâtre antique, au 12 rue de l'Antiquaille. Cette distance, 807 mètres, avait choqué la France entière.

"Youcef n'a jamais voulu tuer Axelle, je me demande même s'il a voulu la blesser"

Me Metaxas, avocat de Youcef Tebal

Youcef et son cousin se rendront au commissariat quelques heures plus tard. A partir de mardi 17 janvier, il sera jugé principalement pour violence avec arme ayant entrainé la mort sans intention de la donner, Youcef Tebbal risque jusqu'à 20 ans de prison.

A quelques jours du procès, Me Metaxas, son avocat, dit à Lyon Capitale sa sérénité "après une instruction bien menée. La matérialité des faits est posée, mon client n'a jamais contesté avoir conduit ce véhicule ni avoir entrainé Axelle dans sa fuite, assure l'avocat. Et d'ajouter : Il n'a jamais voulu tuer Axelle et je me pose même la question de savoir s'il a voulu la blesser."

L'homicide involontaire : le coup de poker de la défense

Pour la défense, c'est bien là tout l'enjeu. S'il parvient à convaincre les juges et jurés qu'il s'agit d'un homicide involontaire, Me Metaxas pourrait réduire la peine maximale encourue par son client à cinq ans. "Youcef s'est enfuit pour éviter de se faire lyncher. Il s'est retrouvé en face d'une dizaine d'individus qui voulaient en découdre avec deux maghrébins. Ce n'est même pas lui qui a renversé ce chien, son seul tort est d'être venu intervenir pour calmer la situation", assure-t-il.

"Me Metaxas fait son travail d'avocat et tente d'obtenir une requalification en homicide involontaire, mais tout ce qui est excessif est insignifiant..."

Me Versini, avocat de la famille Dorier

Une version qualifiée, d'"abracadabrantesque" par Me Versini, avocat de la famille Dorier, "meurtrie, en souffrance, et à la recherche de réponses à la hauteur. Il conteste : Cela signifierait que nous avons affaire à une vingtaine de menteurs, soyons sérieux". Pour les parties civiles, l'enjeux est bien de maintenir la qualification criminelle retenue contre l'accusé. "Me Metaxas fait son travail d'avocat et tente d'obtenir une requalification en homicide involontaire, mais tout ce qui est excessif est insignifiant...", juge Me Versini.

Le procès s'annonce donc tendu, d'autant que les deux avocats sont connus pour l'autorité de leurs plaidoiries. D'un côté, la défense tentera de convaincre juges et jurés que Youcef Tebbal s'est retrouvé dans un "guet-apens avec 20 personnes passablement éméchées le prenant à partie", comme l'assure Me Metaxas. De l'autre, la partie civile fera tout pour que "la cour ne revienne pas sur l'homicide involontaire", mais surtout, pour obtenir des réponses.

Le procès débutera mardi 17 janvier à 9 h 30 à la cour d'assises de Lyon. Le verdict doit être rendu vendredi 20 janvier.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut