Gay Pride 2018 ©Moran Kerinec
Pride 2018 ©Moran Kerinec

3 députés du Rhône promettent d'être "au rendez-vous des prochains combats" des personnes LGBT

Avec 56 autres députés de la majorité présidentielle, trois parlementaires du Rhône ont cosigné une tribune promettant qu'ils seront "au rendez-vous des prochains combats" des personnes LGBT.

Voilà 40 ans maintenant qu'a été abrogé l’alinéa 2 de l’article 331 du code pénal. Celui-ci marque ce qu'on pourrait appeler "la dépénalisation de l’homosexualité en France. En réalité, cela a permis d'abaisser la majorité sexuelle à 15 ans pour les relations homosexuelles, contre 18 ans auparavant. Quatre décennies plus tard, les députés de Renaissance ont signé dans l'Opinion une tribune à ce sujet. Parmi eux, on retrouve trois parlementaires du Rhône, Sarah Tanzilli, Jean-Luc Fugit et Thomas Rudigoz.

Dans ce texte, les élus de la majorité présidentielle insistent sur les progrès encore à réaliser dans ce domaine. "En France, malgré une parole qui se libère progressivement, les violences et les discriminations LGBTIphobes sont loin d’avoir été éradiquées, ont-ils écrit. En 2021, elles étaient en augmentation de 22 % par rapport à 2020. Nous sommes conscients que de nombreuses batailles restent à remporter, sur les réseaux sociaux, dans le milieu scolaire, au travail, dans les lieux publics ou le cercle familial pour que l’égalité souhaitée devienne une réalité."

"Un combat qui nous dépasse"

Néanmoins, ils évoquent comme "réussites majeures pour les personnes LGBT+ : la PMA "pour toutes" ouverte il y a tout juste un an, l’interdiction des thérapies de conversion ou encore une meilleure formation de nos forces de l’ordre et la création de postes spécifiques pour accueillir la parole des victimes".

Enfin, les députés macronistes promettent d'être "au rendez-vous des prochains combats, avec l’appui, d’autres groupes parlementaires qui, nous l’espérons, sortiront de leur posture partisane pour se joindre à un combat qui nous dépasse, ont-ils affirmé. Face à ceux qui, en France comme en Europe, cherchent, au travers de discours réactionnaires, à déstabiliser ce qui devrait être immuable, sachons construire, ensemble, membres de la majorité comme ceux de l’opposition, pour que demain, les esprits s’ouvrent et que la honte change de camp."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut