Alexandre Lacazette en compagnie de Jean-Michel Aulas (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)
Article payant

OL, Lou, Asvel : quelles stratégies pour attirer, fidéliser et monétiser ?

Les trois clubs sportifs professionnels de la métropole de Lyon doivent se diversifier pour fidéliser et attirer toujours plus de fans et de partenaires. Tour d’horizon.


Pour les trois clubs professionnels, l’OL, le Lou et l’Asvel, l’équation est claire : c’est par le biais des résultats sportifs que les stades et salles se remplissent. Les succès attirent les foules, qui plus est dans la région lyonnaise, où l’exigence est de mise. Ce qui n’empêche pas les clubs de football, de rugby et de basket de trouver d’autres leviers pour drainer davantage de monde. Et augmenter ainsi leur chiffre d’affaires. Après une année dernière décevante, 8e place de L1 et non qualification européenne, l’OL a souhaité “renouer avec Lyon” et mettre en place une “communication autour de la ville et de l’ADN OL”. Une stratégie assumée avec des abonnements et des prix d’appel pour la billetterie qui n’ont pas augmenté (voir encadrés). Au Lou, on joue la même partition.

“À Lyon, on est le seul club de rugby, donc il faut qu’on soit foncièrement rugby mais dans le monde du rugby, on est le seul club lyonnais, donc il faut être foncièrement lyonnais, se montre un brin philosophique le président Yann Roubert. À Lyon, on mange et on boit bien. Au rugby, on a cette tradition de partage donc il faut retrouver les deux. Le bon exemple, c’est le grand mâchon organisé chaque année. Il symbolise bien Lyon et le rugby.”

Du côté de l’Asvel, on joue également la carte locale avec une volonté farouche de recruter des joueurs du coin. “Notre grosse force, c’est d’avoir dans notre effectif des joueurs français avec un turnover assez faible, je dirais même le plus faible du basket français et des joueurs identifiés et identifiables, explique Gaëtan Muller, le président délégué du club de basket. On a des joueurs du cru avec des Lyonnais ou qui sont originaires de la région. C’est quelque chose d’important.”

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut