Le bus mobile de vaccination @VilledeVénissieux

Coronavirus : un bus mobile de vaccination sillonne les quartiers de Vénissieux, explications de la maire

Depuis le 1er septembre 2021, la ville de Vénissieux et l'ARS ont mis en place un nouveau système de vaccination, un bus mobile. Un bus présent, chaque jour de la semaine, dans un quartier différent de la ville. Pour encourager et favoriser la vaccination dans l'une des communes où le taux de vaccination est le plus faible de la Métropole de Lyon

Lyon Capitale avait consacré un long sujet sur les disparités de la vaccination entre les communes de la Métropole de Lyon. En résumé, les communes populaires sont celles où le taux de vaccination est le plus faible dans la Métropole. Décryptages et cartes ci-dessous.

Lire aussi : Dans la Métropole de Lyon, les plus vaccinés sont aussi les plus aisés... et vice-versa, décryptage et cartes

Pour encourager la vaccination sur son territoire, la ville de Vénissieux, en partenariat avec l'ARS, a mis en place un dispositif de vaccination mobile depuis le 1er septembre 2021. Un bus, pour aller au plus près des Vénissians.

"À la suite de la fermeture du centre de vaccination, un camion aménagé et adapté à la vaccination, mis à disposition par l’Établissement Français du Sang, stationne chaque jour, du lundi au vendredi, sur un site de la Ville", explique la ville de Vénissieux.


"Il fallait diversifier la façon d'aller vers notre population"

Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux


Interrogée par Lyon Capitale ce jeudi 9 septembre, Michèle Picard, la maire PC de la ville, s'explique : "on avait ouvert un petit centre de vaccination au tout début, puis ensuite un centre de vaccination beaucoup plus grand, qui nous a permis d'injecter plus de 46 000 doses. On s'est rendu compte que seulement 30 % des personnes qui venaient étaient Vénissians. Alors, c'est très bien, beaucoup d'habitants de la Métropole sont venus se faire vacciner chez nous. Mais il fallait diversifier la façon d'aller vers notre population. Nous avons travaillé à quelque chose de plus mobile".

"On a imaginé vacciner dans des petites salles de quartier. Mais ce qui est intéressant avec le bus, c'est que c'est très visible. Ce n'est pas à l'intérieur d'une salle. Du coup, les habitants passent sur la place et se disent "mais qu'est-ce que c'est ?". Et ils viennent se faire vacciner, ou reviennent se faire vacciner".

Chaque jour, le bus est présent dans un quartier de Vénissieux. Un jour aux Minguettes, un jour dans le centre, un jour à Parilly, un jour à Moulin à Vent...

  • Lundi : Place Léon Sublet
  • Mardi : Place Ennemond Romand
  • Mercredi : Avenue Jacques Duclos (terre-plein central)
  • Jeudi : Place Grandclément
  • Vendredi : Place du Marché des Minguettes

La vaccination est ouverte de 9 à 17 heures, sur rendez-vous. Mais aussi sans rendez-vous.

"Pour permettre l'accès à la vaccination des personnes les plus vulnérables et des personnes à mobilité réduite, des créneaux de vaccination sur rendez-vous sont ouverts tous les vendredis de 9 à 17 heures au CDHS, 5 Place de la Paix à Vénissieux", précise la ville.


"Tout le territoire de Vénissieux est couvert, c'était l'objectif"


"Un bus du centre de transfusion nous a été prêté gratuitement, on a une convention. Alors, c'est beaucoup de logistique. Il y a des barnums, pour les attentes, pour l'administratif, pour ceux qui auraient éventuellement un malaise. Mais tout le territoire de Vénissieux est couvert. C'était l'objectif", se réjouit la maire communiste de Vénissieux.

Et les Vénissians, sont-ils au rendez-vous ? "Le 1er septembre, on a eu beaucoup de jeunes. Il y a aussi ceux qui se posent beaucoup de questions. Sur le vaccin. Des questions légitimes. Sur le délai qu'on a mis pour trouver le vaccin, la peur des piqures, est-ce que ça va me faire mal ? Du coup, notre but c'est aussi de faire de la pédagogie, d'expliquer, de les rassurer. L'autre jour, une personne est venue au bus. Elle se posait beaucoup de questions. Elle ne s'est pas vaccinée, mais elle était curieuse. Ca se trouve, elle reviendra la semaine prochaine...", conclut Michèle Picard.

Lire aussi : Coronavirus à Lyon et dans le Rhône : "l'amélioration est générale", le directeur général de l'ARS fait le point dans Lyon Capitale

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut