TCL métro rails
© Tim Douet

Une cinquième ligne de métro à Lyon ?

C’est l’argument phare de la campagne : Qui saura le mieux desservir ? Une nouvelle ligne, mais laquelle ? Trois candidats à la mairie de Lyon proposent une cinquième ligne de métro (PS, UMP et FN).

Déjà en juin 2013, lors de la primaire UMP, Michel Havard, prétendant à la mairie de Lyon, a devancé Gérard Collomb (PS) sur la question, sans augmenter les impôts, promesse faite aux Lyonnais, en proposant une nouvelle ligne de métro. "Face aux lignes de bus souvent saturées, celle-ci relirait la gare Saint-Paul à Part-Dieu, passant par l’hôtel de ville, qui renforcerait la colonne vertébrale que constitue le réseau souterrain lyonnais." Michel Havard assure également vouloir prolonger la ligne B jusqu'au centre hospitalier Lyon Sud (idée commune avec le PS). Coût : 600 millions d’euros (tube seul et non prix global).

Réponse immédiate et sans détour de l’actuel maire : "Pour créer un transport de masse, il faut une demande forte et ce n’est pas le cas selon les études menées." En d’autres termes, "projet trop cher et non rentable, coût estimé à 1 milliard pour toute la création" (trouver un terrain, creuser une excavation, construction d’un tunnel, construction des voies, tube...).

Mis à part cela, Gérard Collomb se demande également "où le lancer à Saint-Paul, et où le faire sortir à la Part-Dieu, sachant qu’il a fallu libérer une emprise au sol de 5 hectares pour prolonger la ligne B". Pour ce dernier, une ligne Saint-Jean à Alaï, passant par le Point-du-Jour et Ménival et se connectant au tram-train et au futur Anneau des sciences à Alaï est à l'étude. De plus, le prolongement de la ligne B d’Oullins aux hôpitaux Sud est préférable.

Le candidat frontiste (FN), Christophe Boudot, propose lui aussi son projet de métro, pour lui, "le seul réalisable", de Cordeliers à Montchat, passant à Part-Dieu, avec une extension jusqu’à Grange-Blanche (évalué à 600 millions d’euros). Il assure tout comme Michel Havard ne pas augmenter les impôts. Le leader frontiste relève que "le manque d’analyse technique du sol lyonnais par les deux candidats, ainsi que leur méconnaissance du terrain et du quotidien des Lyonnais, ne tenant pas compte des réalités des déplacements."

“C’est typiquement du violon pour les électeurs”

Pour Yves Crozet, du laboratoire d’économie des transports (LET), qui a analysé les trois projets, aucun n’est réalisable : "Ces trois propositions, c’est typiquement du violon pour les électeurs… une surenchère peu sérieuse. La Ville de Lyon n’a pas la capacité de les financer." Pour lui, la ligne la plus efficace serait une liaison directe de Perrache à Part-Dieu, mais, là encore, trop onéreuse pour la collectivité (2 milliards d’euros).

Retrouvez les détails de cette enquête, dans le mensuel Lyon Capitale de mars 2014, actuellement en vente chez votre marchand de journaux, ou à télécharger sur notre site.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut