Pour Queyranne, Wauquiez ouvre ses listes “à la droite extrême”

Après la présentation ce lundi de la liste de Laurent Wauquiez, Jean-Jack Queyranne a critiqué le rapprochement entre son adversaire Les Républicains (LR) et l’extrême droite.

"Laurent Wauquiez se balade dans toute la région pour expliquer qu’il a changé et tente de s’acheter une conduite en jouant au gendre idéal à longueur de tribunes dans la presse people. La présentation de sa liste ce matin montre au contraire qu’il a franchi un pas supplémentaire dans la droitisation", a déclaré le candidat PS par voie de communiqué.

Le président du conseil régional sortant évoque une droite "rance, réac et ultra" à propos des "représentants de Sens Commun, bras politique du collectif La Manif pour tous". Une liste "dont Charles Millon lui-même n’aurait pas rougi", poursuit Jean-Jack Queyranne. Ces nominations seraient selon lui un "danger qui pèserait sur les politiques culturelles, la prévention en matière de sexualité et le pass Contraception".

Droitisation et soutien inattendu

Le candidat PS critique aussi la mise en avant de candidats de la société civile par Laurent Wauquiez comme "alibi pour mettre les sarkozystes aux avant-postes". Selon lui, "les candidats issus du monde socioprofessionnel ont tous été placés sous la tutelle des barons sarkozystes : Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Identité nationale ; Alain Marleix, ancien ministre du redécoupage électoral ; Étienne Blanc, exécuteur testamentaire de l’héritage de Charles Millon ; Philippe Meunier, à l’aile droite de la “droite populaire”, pour lequel “l’UMP et le FN pouvaient se rejoindre sur la défense de notre identité et de nos modes de vie”". Mais le candidat LR a aussi nommé Laurence Vichnievsky, tête de liste EELV en 2010 dans la région PACA, en 8e position sur sa liste. Une vraie "prise" pour Laurent Wauquiez, dont n'a pas parlé Jean-Jack Queyranne dans son communiqué. Lui-même n'ayant pas réussi à attirer les Verts sur sa liste.

Mais la critique de "droitisation" a aussi été portée par des conseillers départementaux du MoDem isérois, qui ont décidé de ne plus soutenir Laurent Wauquiez. La raison de ce divorce ? Les centristes n'acceptent plus la proximité du candidat avec La Manif pour Tous. Un choix surprenant, alors que le candidat LR a toujours affirmé avec constance sa proximité idéologique avec l'association anti-mariage gay.

À lire aussi : “Droitisation extrême” : l’entourage de Wauquiez répond à Queyranne

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut