Emmanuel Macron
© Tim Douet

Macron, Godwin, Peter, Sarkozy, Cambronne

Beaucoup de mes amis me pressent de voter pour Emmanuel Macron, parce que l’abstention favoriserait Marine Le Pen et fragiliserait la République. Désolé, mais le 7 mai je n’irai pas voter.

Et je crois que nous serons des millions dans ce cas.

Il faut dire qu’on nous a déjà “fait le coup” et que la seule chose que nous ayons sauvée, au final, c’est la carrière de piètres politiciens professionnels, puisque la politique est devenue le métier de ceux qui n’en ont pas, l’essentiel étant de durer, quitte à vendre son âme à des diablotins successifs. This is the voice : après les “auditions à l’aveugle”, voici venu le temps des battles. Mais d’abord, une page de pub. Suspense insoutenable.

Il est piquant de constater que la plupart des hiérarques prétendument de gauche, du centre ou de droite, appellent à voter Macron, après lui avoir dénié la moindre compétence pour diriger notre pays. À la soupe ! Miam, miasmes. Malaise. On reste sans voix. (Ni voie, hors l’impasse).

Comme beaucoup de mes compatriotes, ma famille, d’origine italienne, a émigré en Afrique du Nord à la fin du XIXe siècle : repartant de zéro, elle y a fondé des entreprises, créé de l’emploi, avec, chevillé au cœur, cet immense DÉSIR DE FRANCE. Mes grands-parents, grands-oncles, parents, cousins se sont engagés dans l’armée française. Leur sang a coulé pour que notre pays, LA FRANCE, “de Dunkerque à Tamanrasset”, reste la nation de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité. Des rues dans le pays portent le nom de mes ancêtres, fusillés parce que Résistants.

Nous n’avons jamais rien demandé à LA FRANCE, qui nous a tout donné et que nous chérissons plus que notre propre vie. Et que nous dit Macron ? Que nous sommes des “criminels contre l’humanité” : point Godwin.

L’art français, la culture française rayonnent et irradient le monde depuis mille ans, forts de leurs apparentes contradictions, que l’on pourrait qualifier d’universalisme singulier ou de singularité universelle, magnifiquement représentées par le concept de laïcité, absolu contraire du communautarisme. Et que nous dit Macron ? Que l’un et l’autre n’existent pas : principe de Peter.

La marionnette d'un vieux système à bout de souffle

À l’issue du premier tour, le “jeune, beau, brillant, sémillant, souriant” Emmanuel Macron a paradé dans les rues de Paris, grimpant sur les toits, levant les bras, esquissant le V de la victoire à la portière d’une voiture de luxe, pour finir dans un restaurant entouré de pipoles, que l’on avait déjà vus à l’œuvre autour de François Mitterrand, puis de Jacques Chirac : syndrome Sarkozy.

Loin d’être le candidat du renouveau, Emmanuel Macron n’est, hélas, que la marionnette d’un vieux système à bout de souffle, sorte de Pinocchio sans âme à la une des journaux, notamment ceux de MM. Drahi, Bergé, Niel, Pigasse, qui ne sont ni des premiers communiants ni de “bienveillants” Geppetto.

Pour ces trois raisons fondamentales – ennemi de la France, candidat d’un système politique déconnecté du peuple, serviteur zélé de la finance internationale –, je ne pourrai pas glisser un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne, même avec “une pince à linge sur le nez”.

Et à tous ceux qui m’ont donné, me donnent et me donneront des leçons de morale et de politiquement correct, je dis d’ores et déjà, au nom de cette majorité silencieuse, le mot de Cambronne, que je n’écrirai pas en toutes lettres. Et en même temps…

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut