12 contrôleurs TCL sanctionnés : "Au lieu de travailler, ils étaient au bistrot"

Ils bagdgeaient leur propre carte ou celles, perdues, de voyageurs pour faire croire à leur travail effectif. 16 autres sont soupçonnés d'avoir fait de même, tout en maintenant un semblant d'activité. Des sanctions disciplinaires vont être prises.

12 contrôleurs des TCL vont passer la semaine prochaine des entretiens préalables à leur licenciement. Ils sont soupçonnés de fausse déclaration d'activité. "Au lieu de travailler, ils étaient au bistrot", résume un élu. Ces salariés masquaient leur absence d'activité en badgeant leur propre carte de transport plusieurs fois dans la journée à leur machine de contrôle, comme ils sont censés le faire auprès de voyageurs pris au hasard dans le réseau de transport lyonnais. Ils s'étaient aussi procurés des cartes d'abonnement perdues. 16 autres agents levaient aussi parfois le pied, en recourant partiellement à ces pratiques.

"C'était des agents assermentés"

Le pot-aux-roses a fini par être découvert par leur hiérarchie. Une enquête interne a été lancée et des collègues les ont dénoncés. "Ce sont quelques brebis galeuses, et il n'y a pas eu de détournement d'argent", souligne un élu.

Ce jeudi, le président du Sytral, Bernard Rivalta, a rendu publique l'affaire à l'occasion du comité syndical. Il en avait été averti quelques jours auparavant par le directeur de Keolis. Le ton était grave et solennel. "Cette affaire nous rend un peu triste, c'était des agents assermentés", a-t-il souligné. Il a ajouté que les "240 contrôleurs ne doivent pas être stigmatisés", réitérant au passage toute sa confiance à Keolis.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut