© Paul Bourdrel

Danse : corps et mémoire d’Égypte au Théâtre de Vénissieux 

Le chorégraphe Rafael Smadja propose un voyage au cœur de l’Égypte, entre souvenirs personnels et mémoire olfactive…

D’origine égyptienne, Rafael Smadja est un chorégraphe et danseur de hip-hop et de contemporain installé dans l’Ain.

Tenseï, le nom de sa compagnie, est un terme japonais qui définit les prédispositions des humains face à une pratique, l’empreinte laissée entre ciel et terre, le rapport à sa nature profonde.

On le découvre avec deux spectacles autour des thèmes de la transmission et de l’héritage. ElGed(j)i évoque le parcours de sa famille venue du Caire jusqu’à Rueil-Malmaison, conçu comme une ode à la traversée et au mouvement des êtres, de ce qu’ils laissent derrière eux et de ce qu’ils trouvent.

Molo(Kheya), ensuite, place l’art culinaire au cœur de la pièce, s’inspirant de la vie de Mary Soffer, figure centrale d’une grande famille victime de la diaspora et qui fédère autour de sa table, sa cuisine et son atelier de couture.

La transmission est ici dans la préparation de la molokheya, une soupe traditionnelle égyptienne autour de laquelle les familles se réunissent. Hypnotique, la danse fait corps avec la musique live et délivre un langage poétique fait de gestes simples amenant à voyager entre imaginaire et réel…


ElGed(j)i et Molo(Kheya) - Rafael Smadja – Le 25 novembre – Théâtre de Vénissieux


 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut