Le groupe BMV est basé à Saint-Priest. (Crédit BMV)

Saint-Priest : pour fêter ses 120 ans, l’entreprise BMV offre une maison à une employée

Christel, salariée depuis 20 ans de l’entreprise BMV à Saint-Priest a été tirée au sort pour se faire offrir par son patron le cadeau de ses rêves, à l’occasion des 120 ans de la société.

À 58 ans, Christel, salariée de l’entreprise BMV Transports et Logistiques, basée à Saint-Priest, a gagné un concours unique en son genre lancé par son employeur pour fêter les 120 ans d’existence de la société.

Comme un grand nombre de salariés, Christel inscrit son rêve le plus fou sur un bout de papier et le 16 novembre 2022 lors du tirage au sort, elle apprend que celui-ci va se réaliser. Autrement dit BMV va lui offrir une maison et lui permettre de devenir propriétaire pour la première fois. 

L’heureuse élue n’en revient toujours pas. "Je suis sur un petit nuage", confie-t-elle à TF1. "Je n’y ai pas cru, j’étais sous le choc, à tel point que je me suis trouvée mal, j’ai dû m’asseoir", en rigole aujourd’hui la chargée de relations clients du groupe BMV.

Le rêve "le plus fou"

En septembre 2022, Jean-Alexandre Manchès, le PDG du groupe BMV basé à Saint-Priest, s’était engagé à réaliser le rêve "le plus fou" de l’un de ses salariés. Le chef d’entreprise avait alors lancé une loterie ouverte aux 36 agences et 1 1 0 salariés de son groupe. Tous les participants avaient deux choses à faire, inscrire leur nom sur un bulletin et attendre.

À la base, l’entreprise BMV ne devait réaliser le rêve que d’un seul de ses employés, mais la société également basée en Allemagne, via sa société Barth, en a finalement décidé autrement. "Nous avons estimé qu’il serait plus juste d’exaucer un rêve dans chaque pays afin de n’exclure personne", précise au Progrès Jean-Alexandre Manchès.

Remboursement d’un prêt, rencontrer Thomas Pesquet…

Environ, un millier de salariés répartit entre la France et l’Allemagne a donc glissé son bulletin dans l’urne. Parmi les envies les plus "classiques", certains voulaient partir faire le tour du monde, faire des achats de voitures ou d’équipements pour la maison, ou encore rembourser un prêt. 

D’autres avaient des rêves plus "insolites", une salariée voulait ainsi faire construire un Ehpad réservé aux familles modestes, un autre encore souhaitait rencontrer le célèbre astronaute français Thomas Pesquet.

Une belle opération de communication

Cette opération qui selon le site de BMV visait à "ressouder les collaborateurs et créer de la fierté" s’est révélée être une belle opération de communication. Avant la fermeture de la boîte à rêves, les CV auraient afflué au siège de Saint-Priest pour tenter de décrocher une place au sein de la société. Un engouement qui se serait tari depuis la victoire de Christel souligne Jean-Alexandre Manchès.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut