photo

Bronca aux Nuits de Fourvière : le grand malentendu

Les 4 000 spectateurs venus voir ce jeudi Jacques Higelin et Stephan Eicher ont sifflé à l’arrivée des 400 privilégiés qui se positionnaient sur des emplacements réservés, au centre de l'arène. Comme souvent.

Un internaute nous a contacté, furibard. La scène se passe aux Nuits de Fourvière, ce 18 juillet. Le public se presse pour voir Jacques Higelin et Stephan Eicher. "A 20h30, une demi-heure avant l'entrée en scène de Stephan Eicher, 400 invités environ du conseil général du Rhône prennent place dans un carré VIP au centre de l'arène. Ils arrivent en procession" (ci-dessus, la photo de l'arène avant leur arrivée). Ce lecteur nous décrit une véritable bronca : "Les 4 500 spectateurs, serrés comme des sardines par les organisateurs, sifflent contre cette confiscation de l'arène au profit de personnes invitées alors que tout le monde a déboursé 37 euros." Cette manifestation bruyante n'est pas une première à Fourvière, où les spectateurs – souvent arrivés tôt pour être bien placés – patientent autour de ce grand triangle vide, avant de voir arriver en file indienne, peu de temps avant le début du concert, les spectateurs qui bénéficieront des meilleures places. "Ce qui est détestable, poursuit d'ailleurs notre lecteur, n'est pas tant le principe d'un carré pour les invités du Département mais le choix de l'espace : le meilleur, devant la scène". Et de conclure : "L'institution politique "se sert" au lieu de servir."

10 % de places gratuites

Nous avons contacté la direction du festival. Ces 400 personnes n'étaient pas les invités du conseil général ou des Nuits de Fourvière : elles composaient le “village”, ces places VIP déboursées à 190 euros HT par des entreprises ou même des particuliers. Le forfait comprend un dîner, une place de parking et donc un emplacement dans le grand théâtre gallo-romain. Une méprise a donc eu lieu, de la part des spectateurs autour qui pensaient avoir affaire à des privilégiés. Même Stéphane Eicher s'y est apparemment trompé, lui qui, à sa 3e chanson, a lancé tout sourire au public : "Vous êtes fatigués ? Vous étiez plus en forme quand les invités sont arrivés."

La direction des Nuits de Fourvière admet que des places sont offertes. "Elles servent notamment à promouvoir les artistes eux-mêmes, les rendre visibles", nous explique-t-on. Ce sont par exemple les billets offerts à la presse. Il y a aussi ceux donnés à l'association Culture pour tous, pour œuvrer à la démocratisation des spectacles. Au total, sur une année, ces invitations représentent environ 10 % des billets émis. Par ailleurs, les places payantes sont plafonnées à 55 euros, avec placement libre. "Les prix sont bloqués parce que nous avons une mission de service public. Vous pouvez par exemple voir Björk pour 55 euros."

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut