Urbanisme, mobilités, transition écologique : la Ville de Lyon annonce ses projets pour 2022, décryptage

La mairie de Lyon a récapitulé les projets qu'elle souhaite mener en 2022, et qui vont avoir un impact sur le quotidien des Lyonnais.

En juin 2020, le candidat écologiste Grégory Doucet accédait à la tête de la mairie de Lyon, soutenu par une majorité composée de socialistes, communistes, insoumis. Cette majorité se veut en rupture avec la mandature Collomb et met l'accent sur l'écologie, le social et les aménagements urbains en faveur des mobilités douces.

La mairie a annoncé les projets qu'elle souhaite mener en 2022. À savoir que dès le 14 mars, dans le cadre du budget participatif, les Lyonnaises et Lyonnais pourront proposer leurs propres idées. Lyon Capitale vous récapitule et décrypte ces grands projets.

Service public : volonté de la mairie et revendications des agents

Pour 2022, la mairie de Lyon a annoncé une revalorisation de ses agents, pour une enveloppe de 7 millions d'euros. Les salariés de catégorie C (la plus basse catégorie) devraient recevoir 600 euros supplémentaires par an. Une augmentation en partie liée à une revalorisation nationale de l'indice de ces fonctionnaires, qui les augmente d'environ 160 euros par an. La mairie a aussi annoncé que certaines salariées de filières féminisées (crèches, écoles..etc) devraient être augmentées entre +150 à +250 euros par mois. Les policiers municipaux devraient également bénéficier d'une revalorisation forte, "plus de 1400€ brut par an", ainsi que les auxiliaires de puériculture, "plus de 1000€ brut par an".

Malgré l'annonce des ces revalorisations, la mairie écologiste est en conflit avec ses agents, et notamment les syndicats. Leur colère se tourne vers deux décisions prises par la mairie en 2021 : un encadrement plus strict du droit de grève et l'application de la loi de transformation de la fonction publique de 2019. Cette loi dispose l'augmentation du temps de travail des agents territoriaux. Les syndicats pointaient un manque de concertation et une atteinte au droit de grève.

Lire aussi : Grève à la Ville de Lyon : les syndicats boycottent toujours la mairie

Place aux mobilités douces

Très critiqués par les automobilistes, les écologistes à la tête de la mairie (et de la Métropole) l'assument : ils souhaitent une transition rapide de la voiture vers des modes de déplacement moins polluants. Pour cela, la Ville de Lyon lance des projets d'aménagement de la voie publique.

À partir du 30 mars 2022, la vitesse maximale dans les rues de Lyon sera limitée à 30 km/h. C'est déjà le cas dans plusieurs communes de la Métropole, dont Oullins, première ville à avoir appliqué cette mesure en 2019. L'objectif de ce genre de mesures est de faciliter le partage de la voirie entre différents types de moyens de déplacement, et protéger les cyclistes et les piétons.

Lire aussi : Une 5e commune de la Métropole de Lyon passe à 30 km/h, 23 autres intéressées

Pour ces cyclistes, une voie lyonnaise de 3,5 kilomètres, la L1, devrait être mise en service sur la rive gauche du Rhône. Elle fait partie d'un projet de la Métropole de Lyon de créer un réseau de pistes cyclables "en toile" autour de Lyon. D'ici 2030, ce seront 13 lignes et 355km en tout de voies cyclables sécurisées qui seront aménagées dans la métropole, dont plusieurs devraient traverser Lyon.

Lire aussi : Le REV devient les "Voies Lyonnaises" : l'ambition réseau vélo "en toile" de la Métropole de Lyon, décryptage

Cycliste sur les berges du Rhône. @WilliamPham

La mairie veut mettre en place des mobilités douces, sur terre... et sur eau, avec la mise en place d'un transport de marchandises fluvial. La Compagnie Nationale du Rhône va expérimenter une navette fluviale entre le port Herriot et le pont Morand avec l’objectif de déplacer 40 tonnes de marchandises chaque jour. Les colis seront ensuite livrés à vélo aux commerçants de la Presqu’île. Les travaux de l’hôtel logistique du port Edouard Herriot vont s’intensifier en 2022 pour une livraison prévue en 2023.

Lire aussi : Lyon : les grands projets urbanistiques de 2022

Modification du Plan local d'urbanisme et de l'habitat

En 2022, la 3ème modification du Plan local de l'urbanisme et de l'habitat va entrer en vigueur à Lyon. Son approbation après enquête devrait avoir lieu en septembre 2022. La mairie avait organisé une série de concertations et de réunions publiques sur le sujet. La mairie affiche ses ambitions : "un impact important sur le cadre de vie des habitants et devrait se traduire par une mixité sociale renforcée, davantage de place accordée aux modes de transports doux et un développement accru de la nature en Ville."

Parmi les mesures envisagées, la création de 8000 logements dont 6000 logements sociaux, la création de terres agricoles sanctuarisées, le projet de salle Arena de l'OL, réduire les places de parking voiture et augmenter les parkings vélos, création de forêts urbaines...

Lire aussi : Métropole de Lyon : les grands axes des règles d'urbanisme dévoilées

Lire aussi : Lyon 2030, urbanisme : des forêts urbaines pour rompre avec la densification

Culture : renouvellement et ouverture

La fin de l'année 2021 a été secouée par le départ de Dominique Hervieu, directrice de la maison de la danse, pour rejoindre le projet artistique des JO 2024. Peu de temps après, le directeur de la Biennale de la danse, François Bordry, a annoncé sa démission avec fracas, fustigeant les écologistes à la tête de la mairie et de la Métropole. Après ces deux départs, une nouvelle direction devrait être trouvée conjointement pour la Maison de la danse et la Biennale de la danse.

Lire aussi : Départ de Dominique Hervieu de la Maison de la danse pour la direction de la culture aux JO 2024 : entretien exclusif

La mairie de Lyon annonce également la réouverture de la salle de musiques actuelles du Marché Gare. Ce ne sont plus 300, mais 400 spectateurs qui pourront y prendre place. Un théâtre flottant pour enfant, appelé l'île Ô, pourrait également voir le jour à hauteur du Pont Gallieni. Le projet fait encore l'objet d'arbitrages, alors que la majorité écologiste n’a jamais caché sa réticence à urbaniser les fleuves lyonnais.

Projet L’ÎLE Ô

Transition écologique

En 2022, la Ville de Lyon lancera un 3ème Plan lumière. Le premier avait été imaginé en 1989, puis un second avait vu le jour en 2005, sous la mandature de Gérard Collomb. Ce plan vise à structurer et organiser l'éclairage nocturne de la Ville, notamment l'illumination des bâtiments. Pour leur nouvelle orientation, les écologistes veulent "repenser collectivement le rapport à la pollution lumineuse et rechercher une efficacité énergétique tout en continuant de faire rayonner la richesse architecturale lyonnaise". Une rupture avec la majorité précédente. La municipalité réfléchit notamment à une "trame noire" : des rues et zones complètement non éclairées pour préserver la biodiversité et limiter la pollution lumineuse. Depuis mi-2021 déjà, l'éclairage public est éteint le soir et la nuit.

Autre volet de l'ambition écologique de la majorité de Grégory Doucet : la végétalisation. Les premiers éléments pour la création du Parc des Balmes, sur les hauteurs de Fourvière, seront connus en 2022. Les écologistes espèrent en faire un "poumon vert". Créer, mais aussi réhabiliter. Toujours vers Fourvière, le jardin du Rosaire fera l'objet d'une rénovation et d'un entretien.

Lire aussi : Grégrory Doucet veut investir 1,2 milliard d’euros pour faire de Lyon "une capitale de la transition"

Le projet écologique de la mairie s'invite aussi dans les assiettes. En charge de la restauration collective dans les cantines la municipalité veut faire évoluer ses commandes publiques pour proposer une nourriture plus écologique et meilleure pour la santé : plus bio, plus local, moins de viande. Ce qui ne manque pas de faire grincer les dents des défenseurs des produits carnés. À partir de septembre 2022, les enfants lyonnais auront le choix entre deux menus différents : un menu avec protéines animales et un menu végétarien comprenant des protéines végétales. L'objectif de la mairie est d'atteindre 50 % de bio lors de cette année scolaire et 75 % de bio d'ici 2026. Un objectif un peu revu à la baisse après de premières annonces début 2021.

Lire aussi : 75 % de bio d'ici 2026 et 2 menus sans viande hebdomadaire : le nouveau plan des cantines scolaires lyonnaises

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut