Image d’illustration hopital © Antoine Merlet

Ségur de la santé : dans le Rhône, l'État booste des projets déjà lancés (tableau)

Une trentaine d'établissements de santé du Rhône vont être soutenus par le Ségur de la santé.

335 millions d'euros. C'est le montant que le Ségur de la santé va dédier au département du Rhône pour les projets hospitaliers et les rachats de dettes. Censé venir en aide à un hôpital public en difficulté, ce grand plan d'investissement et de revalorisation a été très critiqué par le Sénat et les professionnels de santé, notamment sur la partie revalorisation des salaires, l'un des quatre volets.

"Le Ségur est majeur et important en complément de la politique régionale. Il va permettre de donner corps à des projets que, régionalement, on ne pouvait pas entièrement financer", explique de son côté Jean-Yves Grall, directeur général de l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes. Dans une conférence de presse très minutieuse et technique, il a détaillé points par points les projets qui seront soutenus dans le Rhône, dans les centres hospitaliers comme dans les EHPAD.

Cinq projets et des rachats de dette

"Restauration des capacités financières". Derrière cette expression obscure se cache une réalité simple : l'État va racheter une partie de la dette des établissements de santé. Dans le Rhône, c'est environ 250 millions d'euros qui vont être consacrés à ces rachats.

Mais le principal volet du Ségur reste l'aide apportée aux projets immobiliers et de restructurations. "Nous avons choisi des projets déjà en réalisation, qui ont du sens pour qu'ils puissent trouver un aboutissement. L'objectif n'était pas de lancer des projets en l'air", explique Jean-Yves Grall. Pas d'appel à projet donc, mais uniquement un financement de dossiers déjà en cours. Cinq projets sont sur la table et les travaux pas encore entamés pourraient être lancés dès 2022 souligne le directeur général de l'ARS. "Cela va améliorer la prise en charge des patients et améliorer les conditions de travail des personnels", soutient-il.

  • Le centre en cancérologie Léon Bérard à Lyon : construction d’un espace dédié à l’ambulatoire, aux consultations et à la prévention. Coût total du projet : 10M, dont 3 financés par le Ségur.
  • Le centre médical de l'Argentière à Aveize : reconstruction du site sur un centre médical déjà existant. Le projet, validé par l'ARS fin 2019, comprendra un Service de suite et de réadaptation en neurologie, un Foyer d'accueil médicalisé, un EHPAD et une maison d'accueil spécialisée. Le Ségur en financera 4 millions d'euros.
  • Le centre hospitalier des Monts du Lyonnais à Saint-Symphorien-sur-Coise. Reconstruction d'un site déjà existant, dont les travaux ont débuté en mi-2021. Subvention de 3 millions d'euros.
  • Les hôpitaux privés de l'Est Lyonnais : regroupement de leurs activités de Soins de suite et de réadaptation. Subvention de 600 000 euros.
  • L'hôpital Édouard Herriot des Hospices civils de Lyon (HCL). Modernisation du site et restructuration des activités ambulatoires et d'hospitalisations pour une subvention de 50 millions sur 153,5 millions du montant des travaux.

Lire aussi : Lyon : modernisation de HEH, les urgences de l'hôpital Edouard-Herriot déménagent pendant deux ans

Le centre hospitalier du Vinatier sera aussi subventionné mais le projet n'est pas encore déterminé ni chiffré. À savoir que les HCL dans leur ensemble bénéficieront de 156,7M d'euros de reprise de dette.

Retrouvez ci-dessous le détail des montants qui seront alloués aux centres hospitaliers et EHPAD du Rhône.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut