Les frères et la mère d’Axelle Dorier entrent dans le palais de Justice. Photo : Nathan Chaize

Procès Axelle Dorier à Lyon : "Si je ne peux pas vous frapper, je vais vous rouler dessus"

Ce mardi 18 janvier marque le deuxième jour du procès de l'affaire Axelle Dorier. Des amis d'Axelle et de son petit copain ont été entendus.

Dans la salle des pas perdus du palais des 24 colonnes à Lyon ce mardi matin, l'ambiance était nettement moins lourde que la veille. Une équipe de France télévisions venait de tourner un film, animant les lieux.

La famille d'Axelle Dorier est arrivée ensemble, les visages toujours fermés, prête à "faire bloc". Le premier jour de procès a été éprouvant, agaçant même lorsque Me Metaxas, l'avocat de la défense, a mis en difficulté les amis d'Axelle, invités à témoigner à la barre.

"J'ai pris ma veste, je l'ai posée sur elle"

Cette deuxième matinée a été tout aussi frustrante pour les parties civiles, séparées des proches des deux accusés par un couloir d'à peine un mètre. Invité à témoigner, l'un des amis du petit copain d'Axelle a assuré que Youcef Tebbal, principal accusé et conducteur du véhicule, avait déclaré : "Si je ne peux pas vous frapper, je vais vous rouler dessus."

Il a été l'un des premiers à découvrir le corps d'Axelle, plusieurs centaines de mètres plus bas : "J'ai pris ma veste et je l'ai posée sur elle", raconte-t-il, les larmes aux yeux et la voix tremblante.

Lire aussi : Procès de l'affaire Axelle Dorier à Lyon : ce qu'il faut retenir avant le deuxième jour d'audience

Le très attendu témoignage du petit ami d'Axelle, ancien militaire, et ayant reconnu avoir porté un coup de poing sur le pare-brise de la Golf, a tenu ses promesses. En doudoune noire, cheveux plaqués et boucles d'oreilles, il a lui aussi assuré avoir entendu : "Je m'en bas les couilles (Sic), je vais vous écraser." "Dans quel état d'esprit étaient les accusés lorsque vous allez à leur rencontre ?", questionne Me Versini, l'avocat de la famille. "Ils étaient énervés, agressifs, mais pas apeurés", assure le témoin.

"De quel droit estimiez-vous devoir bloquer un véhicule qui voulait partir et qui n'avait pas renversé ce chien ?"

Me Dumoulin, avocat du coaccusé

La défense de son côté a martelé la responsabilité du petit ami d'Axelle et de ses amis dans le drame. "Votre nom revient dans tous les témoignages, a lancé Me Dumoulin, avocat du co-accusé. De quel droit estimiez-vous devoir bloquer un véhicule qui voulait partir et qui n'avait pas renversé ce chien ?" Me Metaxas, avocat de Youcef Tebbal, impassible dans son box, cheveux parfaitement attachés et chemise blanche entièrement boutonnée, a quant à lui pointé du doigt, l'état d'alcoolémie dans lequel se trouvait le petit ami d'Axelle, qui avait par ailleurs consommé du cannabis.

Le petit copain d'Axelle s'en est pris à la Golf

Interrogé, Youcef Tebbal a affirmé qu'il reconnaissait le visage de cet homme qui a sauté sur son pare-brise pour y porter un coup. "C'est lui que je vois depuis deux ans que je pense à cette soirée", a-t-il lancé, emporté. Désapprobation générale chez les parties civiles, les proches des deux accusés les regardent, agacés.

Cette après-midi, les frères d'Axelle témoigneront, et l'expert en accidentologie est attendu pour éclaircir les circonstances du drame.

Youcef Tebbal risque jusqu'à 20 ans d'emprisonnement. Le co-accusé encourt quant à lui une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison. Le verdict est attendu vendredi 20 janvier.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut