Opération de police sur le respect du port du masque à la station de métro Vieux-Lyon le 3 septembre 2020 @Anthony Faure

Port obligatoire du masque à Lyon : le premier bilan

Depuis ce mardi 1er septembre, le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les rues de Lyon et de Villeurbanne. Le virus circule activement dans les deux villes. Comment cette obligation est-elle respectée à Lyon ? Le premier bilan.

En se baladant dans les rues de Lyon, un constat. Les masques sont nombreux. De partout. Bien portés, la plupart du temps. Mais aussi dans le cou. Dans les mains. Ils ne couvrent pas toujours la bouche et le nez.

Depuis le mardi 1er septembre, le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les rues de Lyon et de Villeurbanne. Le virus circule activement dans les deux villes depuis quelques jours. Le nombre de cas positifs de covid-19 a explosé dans le département du Rhône ces derniers jours.

De la pédagogie jusqu'ici, place désormais aux verbalisations

"Dans la grande majorité des cas, à Lyon et à Villeurbanne, nos concitoyens respectent l'obligation du port du masque. On a pu le constater ce jeudi dans le métro. La grande majorité d'entre eux portent le masque, certains ne le portent pas toujours d'une façon appropriée, et les forces de l'ordre dans ces cas-là procèdent à un rappel sur l'obligation de couvrir l'intégralité du visage", explique Benoît Rochas, sous-préfet en charge du Rhône Sud.

L'obligation de porter le masque dans toutes les rues de Lyon est en vigueur depuis mardi. Ces deux premiers jours, les forces de l'ordre ont procédé à des opérations de rappel surtout à visée pédagogique.

Les contrôles vont s'intensifier dans les zones à forte affluence

Désormais, depuis ce jeudi 3 septembre, les verbalisations sont plus nombreuses. "De matière plus nette désormais, les forces de l'ordre, quand elles constatent une absence complète de masque, procèdent à des verbalisations. Ces verbalisations auront un caractère de plus en plus systématique dans les jours à venir", poursuit le sous-préfet.

Les contrôles vont se poursuivre dans les jours à venir. Ils vont s'intensifier. Notamment dans les zones de la ville à forte affluence. "Il ne s'agit pas d'embêter nos concitoyens, il s'agit de freiner la circulation du virus et de protéger les plus faciles", assure Benoît Rochas.

9 commentaires
  1. Signaler un commentaire inapproprié
    JANUS - 3 septembre 2020

    Le tribunal administratif a demandé au préfet du Bas Rhin de revoir sa copie sur le port du masque.
    A Lyon, les mêmes réclamations ont été déposé auprès du tribunal.

  2. Signaler un commentaire inapproprié
    retouraumoyenage - 3 septembre 2020

    On verra dans 2 semaines les conséquences d'obliger le masque. En fait on risque de voir un effet
    hyper-contaminateur de cette mesure:
    La manière de porter le masque est catastrophique, beaucoup de gens le tripote sans arrêt or la face externe du masque recueille et bloque dans un premier temps tous les virus, donc celui qui touche son masque dépose énormément de virus sur ses doigts et un jour ou l'autre il portera ses doigts contaminés sur ses yeux ou dans son nez!
    De plus le maillage des masques non FFP2 (les FFP2 sont quasiment introuvable vue la très forte demande) est de 1 à 4 micron et le virus lui fait entre 0.06 à 0.14 micron de diamètre. Si dans un premier temps par la charge électrostatique des fibres du masque le virus est "attiré et collé" contre la fibre, très rapidement la vapeur de la respiration élimine cette charge électrostatique et le virus traverse le masque,( c'est comme si un enfant de 1 mètre pénétrait dans un trou de 10 mètres ) en réalité les masques chirurgicaux sont efficaces moins d'une heure. C'est pourquoi des masques plus sérieux ( certain FFP2) sont équipés d'une valve pour évacuer l'humidité et préserver l’efficacité de la filtration et augmenter la durée de protection.
    Rajouter à cela l'autorisation des sportifs et cyclistes (à la demande des écolos débiles) de ne pas être obligés de porter le masque et donc par leur respiration forcée de projeter, s'ils sont malades, une quantité très importante de virus sur tous ceux qu'ils croisent on va droit vers une flambée de l'épidémie.

    1. Signaler un commentaire inapproprié
      Abolition_de_la_monnaie - 3 septembre 2020

      Dans vos "sources de contaminations", n'hésitez pas à parler de toutes les terrasses où s'entassent les consommateurs quels qu'ils soient, où ça parle fort, ça éructe ça rigole, etc 🙂
      Largement pire que pour les cyclistes (qui portent des masques pour un grand nombre quand même).
      🙂

    2. Signaler un commentaire inapproprié
      Fibzzz - 4 septembre 2020

      Après l'histoire du bus de Pékin, vous n'êtes pas très crédible...

  3. Modéré
    rouge-vert-noir - 3 septembre 2020

    Abolition. Vous me faites penser à un certain M.C. N'est est-ce pas ? Vous avez les mêmes idées !

  4. Signaler un commentaire inapproprié
    JANUS - 3 septembre 2020

    Abolition de la monnaie ou le/la Misanthrope narcissique !

  5. Signaler un commentaire inapproprié
    Jtlaplace - 3 septembre 2020

    Je porterai un masque quand les vendeurs de cigarettes de contrebande métro Guillotiere on porteront un.

    1. Signaler un commentaire inapproprié
      Abolition_de_la_monnaie - 4 septembre 2020

      Ceux à côté des voitures de police garées sur la piste cyclable ? 😀

  6. Modéré
    paul-chabert-dhieres - 4 septembre 2020

    que proposent les critiqueurs ?
    certes le port du masque n'est pas une mesure absolue mais que faire d'autre ?

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut